La naissance du sentiment

Kervéan (J.-Fr.), La naissance du sentiment. – Paris : Éditions Robert Laffont, 2017. – 378 p. – ISBN  : 978.2.221.19310.5. 

Le nom de Jean-François Kervéan n’est certainement pas inconnu, aussi bien des lecteurs que des téléspectateurs. Journaliste, chroniqueur et critique littéraire, il est également l’auteur de plusieurs romans couronnés pour certains d’entre eux d’un prix, le dernier en date ayant été attribué en 2015 pour Animarex, ouvrage consacré à la jeunesse amoureuse de Louis XIV.

La naissance du sentiment est une nouvelle aventure historique produite par une plume inspirée. L’action se déroule cette fois dans la Sparte du Ve siècle avant J.-C. Veuve d’un citoyen mort au combat, Gorgophonée (sic) déploie des trésors d’ingéniosité pour qu’Aphranax, son fils asthmatique, échappe au sort cruel que les lois de sa cité réservent aux enfants maladifs. Échappant ainsi au trépas et satisfaisant, malgré son handicap, aux exigences de la formation militaire des jeunes Spartiates, au point de devenir « l’hoplite presque parfait », ce dernier lie malgré lui son destin à celui du prince (puis roi) Léonidas, qui connaît son handicap et que Jean-François Kervéan présente comme un homme fourbe et calculateur. Les prémices de la guerre contre un empire perse conquérant et les dangers pesant sur l’avenir de Sparte conduisent les deux hommes jusqu’au sanctuaire de Delphes où ils consultent les dieux au nom de leur patrie. Les oracles rendus par la Pythie déclenchent alors une série d’évènements dramatiques où l’intérêt supérieur de l’État le dispute à celui des individus et dont le déroulement trouve ses ultimes manifestations dans le défilé des Thermopyles où, parmi les 300 de Léonidas, Aphranax tente d’accomplir son devoir de citoyen devant l’armée du Grand Roi Xerxès. Sa mère, prête à tout pour sauver son fils, réussira-t-elle à l’arracher de nouveau à une mort certaine ?

Situant son intrigue à un moment où la Grèce archaïque bascule dans un monde bouleversé par le fracas des guerres médiques, Jean-François Kervéan donne de Sparte, et plus généralement de l’époque, une image cruelle, impitoyable envers les faibles, presque désespérante malgré quelques moments d’humour. L’amour indéfectible de Gorgophonée pour son enfant et la bonne fortune de l’hilote d’Aphranax Saad, béni des dieux, donnent certes des raisons d’espérer, mais ce ne sont là que de faibles éclats de lumière dans un univers où, pour l’heure, les plus bas instincts semblent devoir être la règle. Ce faisant, Jean-François Kervéan décrit une Grèce très éloignée des idéaux auxquels le plus grand nombre l’associe encore aujourd’hui, une Grèce imparfaite et par là plus humaine, plus familière en fin de compte à l’homme moderne.

Cette manière d’aborder son sujet explique sans doute pourquoi l’auteur a fait le choix d’un vocabulaire et d’une expression très actuels mais dont la crudité est susceptible de déstabiliser un lecteur habitué à des tournures plus classiques. L’impression de malaise peut être d’autant plus forte que le discours est, à plusieurs reprises, volontairement très grossier et qu’il prête aux Grecs des « usages », en particulier sexuels, dans lesquels la réalité antique aurait probablement du mal à se retrouver.

Jean-François Kervéan s’est pourtant beaucoup documenté sur le fonctionnement de Sparte et sur le reste du monde grec, si bien que le roman met le lecteur dans des situations ou face à des notions tirées des meilleures sources classiques. On apprend ainsi beaucoup au fil des pages, mais il convient de le faire avec prudence à cause notamment des anachronismes évoquant par exemple, en plein Ve siècle avant J.-C., la « via sacra », la « toge » ou bien encore le « Sénat », comme si l’action se déroulait au cœur de l’Italie romaine. En fin d’ouvrage, un lexique veille également à informer ceux à qui il manquerait des clés pour bien comprendre l’Antiquité grecque. L’idée, généreuse et bienvenue, souffre malheureusement de nombreuses erreurs, notamment dans la transcription des mots grecs.

Fabrice Delrieux

Professeur en histoire ancienne, Université de Savoie

À lire dans la R.E.A. :

Prost (Fr.), « Sparte et les Cyclades au Ve siècle : à propos d’ID 87 », R.E.A. 103-1/2, 2001, p. 241-260.

Citer cet article comme : Fabrice Delrieux, La naissance du sentiment, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/10/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9341.

Crédits image : première de couverture. © Éditions Robert Laffont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *