Jour J. Tome 23 : La République des esclaves

Duval (F.), Pécau (J.-P.), Fafner, Jour J. Tome 23 : La République des esclaves. – Paris : Delcourt, 2016. – 56 p. – (Neopolis). – ISBN : 978.2.7560.6355.3.

Que se serait-il passé si les pirates ciliciens n’avaient pas trahi Spartacus et lui avaient permis de quitter l’Italie et de passer en Sicile avec son armée ? Voilà le postulat excitant de cet album, le 23e tome de la collection « Jour J », qui décline sous forme d’une série de one-shots le principe de fictions fondées sur une histoire alternative, au croisement d’une tradition romanesque ancienne et – on le sait peut-être moins – de tendances plus récentes de la recherche scientifique[1].

Les implications d’une telle interrogation peuvent en effet ouvrir des perspectives vertigineuses : le contrôle sur la province de Sicile (essentielle dans le dispositif provincial de la Rome de l’époque) aurait échappé à la République pendant treize ans ; le fameux procès de Verrès ne se serait jamais tenu ; César ne se serait peut-être pas lancé dans ses campagnes contre les Gaulois ; par conséquent, la guerre civile puis l’assassinat du dictateur n’auraient peut-être pas eu lieu ; du coup, le passage de la République au Principat ne se serait peut-être pas produit.

Toutefois, signalons d’emblée que l’intrigue proposée par F. Duval et J.-P. Pécau dans cet album n’explore pas véritablement de telles pistes et se contente de relater l’affrontement imaginaire, en 58 av. J.-C., entre le chef des esclaves révoltés retranchés dans l’île et un Jules César tout frais émoulu de son premier consulat. C’est là sans doute la première limite de cette uchronie dont les péripéties (la fuite des gladiateurs, l’attaque de l’armée romaine contre l’île, la trahison du fils du meilleur ami du héros, le twist final concernant César), en fin de compte assez banales, ne tiennent pas complètement la promesse du pitch et peinent à maintenir sur la longueur l’intérêt d’un lecteur d’aujourd’hui, forcément blasé.

On doit néanmoins relever quelques choix originaux : la référence à l’épisode bien réel de la capture du jeune César par les pirates (pl. 5 à 7), sous-exploité jusqu’ici dans la fiction[2] ; le recours à C. Verrès comme protagoniste (certes éphémère) du récit (pl. 4 et 8) ou l’apparition encore plus fugitive d’un L. Cornelius Balbus aux côtés de César (pl. 27). Mais, pour le reste, la trame narrative, assez conventionnelle, est saturée d’anachronismes que l’argument de l’uchronie ne suffit jamais à justifier.

Dès le départ, les légionnaires romains sont équipés d’une panoplie jamais attestée pour cette époque (l’inévitable cuirasse segmentée, le bouclier rectangulaire en forme de tuile, le casque impérial gaulois). De même, les vues aériennes de la ville de Rome (pl. 14, 15 et 17) donnent à voir une capitale dont la monumentalité (symbolisée ici par la représentation fantaisiste du Circus Maximus et du forum romain) évoque davantage la ville majestueuse du Haut-Empire que celle de 58 av. J.-C. Enfin, tout ce qui a trait à la gladiature ne correspond à rien de ce qu’on sait aujourd’hui de ce phénomène à l’époque de Spartacus : en effet, le « mirmillon » et le « secutor » évoqués planche 26, de même que le rétiaire contre qui Spartacus combat en rêve planches 18-19 sont des types de gladiateurs (armaturae) qui n’apparaissent pas avant la toute fin de la République, voire l’époque augustéenne, soit un demi-siècle après la révolte de 73-71 av. J.-C. La belle double planche 50-51, mettant en scène de façon spectaculaire la bataille finale, oppose ainsi des légionnaires et des gladiateurs tout aussi anachroniques les uns que les autres.

On reconnaît là les clichés habituels du péplum traditionnel, toujours bien présents dans les productions actuelles, y compris les plus prestigieuses[3]. Cette influence se ressent d’ailleurs dans certaines images qui citent explicitement la récente série Spartacus (ainsi la deuxième case de la planche 17) ou dans l’apparence de certains personnages principaux, comme l’esclave Magon dont les traits et la coiffure font irrésistiblement penser au Kit Harington de Game of Thrones, autre série fameuse, bien que sans rapport avec l’Antiquité[4].

Un peu paresseusement, les auteurs se sont donc contentés de reprendre à leur tour ces conventions qui permettent de proposer au lecteur ce qu’il s’attend à voir, c’est-à-dire l’image de Rome et des Romains que celui-ci croit déjà connaître par le biais des films et des bandes dessinées, mais généralement déconnectée d’une quelconque réalité historique. Bien que graphiquement très réussie, la couverture de l’album, qui présente de dos un gladiateur d’époque impériale, illustre à merveille cette concession à la recherche du spectaculaire et de la connivence avec le lecteur, au détriment de toute vraisemblance archéologique et historique.

À ce propos, c’est sans doute un dialogue inattendu de la planche 31 qui exprime de la façon la plus éloquente ce choix délibéré. Discutant avec Ariane, la fille (fictive) de Spartacus, une de ses amies déclare, concernant Magon : « Les Numides sont comme ça, il ne faut pas hésiter à leur parler sèchement » (fig. 1). Complètement incongru dans un album à vocation réaliste et par ailleurs plutôt imprégné d’un esprit de sérieux, ce clin d’œil explicite à l’un des calembours les plus inoubliables d’Astérix (dans Le Domaine des dieux, 1971, p. 20) démontre que l’Antiquité de référence des auteurs, de leur propre aveu, n’est décidément pas celle des historiens mais plutôt, pour reprendre une belle formule de Cl. Aziza, cette « Antiquité imaginaire » supposée sans doute plus familière au lecteur[5].

Fig. 1
Fig. 1. Une référence inattendue à un trait d’esprit bien connu des amateurs d’Astérix. Jour J volume 23, Duval-Pécau-Blanchard. © Éditions DELCOURT, 2016.

Dès lors, il devient difficile de souscrire à l’affirmation de la 4e de couverture selon laquelle cet album, comme tous ceux de la collection, serait « fondé sur des faits historiques et des hypothèses réalistes ». Au contraire, à côté des clichés les plus éculés déjà évoqués[6], les erreurs grossières y sont aussi légion (sans mauvais jeu de mot), révélant que les scénaristes n’ont pas effectué un effort de documentation très poussé.

Ainsi, lorsque Verrès tente de corrompre le chef des pirates, nous sommes censés être en 71 av. J.-C. (donc avant le début de l’uchronie) et pourtant le propréteur de Sicile n’hésite pas à affirmer crânement à son interlocuteur : « en acceptant ce présent tu pourras compter sur le soutien de son fils spirituel, le puissant consul César » (pl. 4). Un peu gênant quand on sait que le premier consulat de César n’est pas antérieur à 59 av. J.-C., soit douze ans plus tard, ce qu’implique pourtant ensuite le scénario lui-même, lorsque Crassus déclare à César au début de l’uchronie (nous sommes alors censés être en 58) : « Ta victoire sur les Ibères l’année dernière t’a ouvert les portes du consulat » (pl. 14) (fig. 2 a et b). Outre l’erreur évitable d’une année (58 au lieu de 59), cette précision est, en tout état de cause, incohérente avec celle donnée dix planches auparavant. Une telle désinvolture envers l’histoire politique et institutionnelle de la période est également sensible dans la façon dont est présentée, à la planche suivante, la perspective d’un commandement provincial à la suite d’un consulat : à César qui lui apprend que « Le sénat va prolonger mon mandat pour un an par le proconsulat d’une province », Crassus réplique en effet : « Une province, ce n’est pas rien !! » (pl. 15), comme si l’octroi de tels commandements était chose inhabituelle, alors qu’il s’agit à l’époque d’une pratique banale et d’une mission des plus attendues pour les magistrats supérieurs (consuls et préteurs) à leur sortie de charge[7]. (fig. 3).

Fig. 2 a et b. César est-il un « puissant consul » en 71 (a) ou en 58 (b) av. J.-C. ? La fiction se garde bien de trancher, mais a tort dans les deux cas. Jour J volume 23, Duval-Pécau-Blanchard. © Éditions DELCOURT, 2016.
Fig. 3
Fig. 3. Sans doute en raison de l’uchronie, Crassus et César semblent inexplicablement tout ignorer des règles ordinaires présidant à la dévolution des commandements provinciaux au dernier siècle de la République. Jour J volume 23, Duval-Pécau-Blanchard. © Éditions DELCOURT, 2016.

 

Fig. 4
Fig. 4. Des monnaies bien peu républicaines. Jour J volume 23, Duval-Pécau-Blanchard. © Éditions DELCOURT, 2016.

On note également que l’image des monnaies illustrant la rançon versée par César aux pirates en 76 av. J.-C. (pl. 4) reproduit sans vergogne des exemplaires d’époque impériale, parmi lesquels on identifie facilement, par son type et sa légende, une émission de Trajan, et donc datable du début du… IIe s. ap. J.-C., soit postérieure de près de deux siècles à l’époque où l’histoire est censée se dérouler (fig. 4). On peut aussi trouver curieux que les scénaristes justifient l’inquiétude de Crassus en 71 av. J.-C. par la crainte de voir le passage des gladiateurs en Sicile raviver les « braises de la dernière guerre punique » (pl. 3), sachant que celle-ci (149-146 av. J.-C.) n’a pas concerné l’île (contrairement à la précédente) et qu’il aurait donc été plus pertinent de faire plutôt référence au traumatisme, bien réel celui-ci, représenté par les deux grandes insurrections serviles qui ont embrasé la province quelques décennies avant la révolte de Spartacus (135-132 puis 104-102 av. J.-C.). Mais sans doute les auteurs ont-ils dû trouver que les guerres puniques parleraient davantage au grand public. Ou bien peut-être ignorent-ils vraiment que la Carthage punique a été détruite par les Romains en 146 av. J.-C. et ne pouvait donc menacer la Sicile en 71 av. J.-C., puisqu’ils font dire à un malheureux centurion, apprenant qu’une armée marche sur Syracuse où il tient garnison : « Les Carthaginois ne sont pas fous au point de vouloir nous reprendre la Sicile ! » (pl. 12). Cependant, comme, quelques planches plus loin, Crassus affirme pour sa part à César que « Carthage est romaine mais faible » (pl. 16), le lecteur un peu averti ne sait plus à quel saint se vouer. Il comprend surtout très vite que, sans même tenir compte du biais introduit par l’argument de l’uchronie, le référent historique de l’histoire qu’on lui raconte est des plus fantaisistes[8]. En témoigne une autre réflexion de Crassus, dans cette même planche, lorsqu’il évoque la situation de Carthage : « il se prépare de nouvelles guerres contre Rome en Ifrikia » (sic)…

Bien que la fiction autorise évidemment toute les libertés – nul ne saurait le contester  –, on peut tout de même regretter, dans le cas présent, que soit si malmené l’argument historique de départ, pourtant destiné en principe à crédibiliser l’histoire alternative. De telles aberrations auraient été pourtant si faciles à éviter, rien qu’en feuilletant un manuel de premier cycle universitaire, en consultant une monographie sur Spartacus et son époque, ou encore en recourant à une simple biographie de César – ce n’est pas ce qui manque[9] !

Certes, l’album se lit sans déplaisir et offre à qui veut s’en contenter un agréable moment de détente. En revanche, il agacera le spécialiste ou même le simple connaisseur par la désinvolture avec laquelle il traite les éléments présentés par les auteurs comme relevant de la réalité historique. Enfin, il laissera aussi sur sa faim l’amateur de BD par son intrigue trop classique et assez peu dense, ainsi que par le dessin inégal de Fafner, parfois brillant, souvent maladroit.

NB : les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Éditions Delcourt et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

Autorisation de reproduction accordée par les Éditions Delcourt pour les quatre figures ci-dessus et la couverture du tome 23 de la bande dessinée Jour J.

François Cadiou

Professeur d’histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne – UMR 5607 Ausonius

[1] Sur le courant appelé virtual history, alternative history ou encore counterfactual history, apparu dans le sillage de l’ouvrage dirigé par N. Ferguson : Virtual History: Alternatives and Counterfactuals, New York 1997, voir en dernier lieu : P. Deluermoz, Q. Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris 2016.

[2] Quoique pas complètement délaissé, ni au cinéma (Giulio Cesare contro i pirati, S. Grieco, It., 1962), ni en BD (Alerte aux pirates, Hermann et Y. Duval, 1980, un court récit de 5 p. initialement publié dans Le Journal de Tintin, n°950, janvier 1967).

[3] Contrairement à une vue très répandue, de tels clichés abondent aussi dans une série comme Rome (HBO, 2005-2007), pourtant excellente. Sur ce réalisme impossible, voir par exemple : Bessières V., « Rome : un péplum enfin réaliste ? », TV/Series, 1 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2012.

[4] D’une manière générale, sans se limiter étroitement à celle du péplum, l’imagerie cinématographique semble très convoquée par le dessinateur : Crassus (notamment pl. 11) a des faux airs de Kevin McKidd (Vorenus) dans la série Rome, tandis que c’est plutôt Pirate des Caraïbes qui inspire manifestement l’accoutrement du chef pirate (pl. 4-6 et 8), mélange improbable du Barbe Noire campé par Ian McShane dans le 4e opus (2011) et du Jack Sparrow joué par Johnny Depp dans tous les films.

[5] Cl. Aziza, Guide de l’Antiquité imaginaire. Roman, cinéma, bande dessinée, Paris 2008, 2e éd. rev. et augm. 2016.

[6] Auxquels on peut ajouter une allusion gratuite à la relation entre César et Brutus (pl. 20) ou encore l’inévitable réplique « Le sort en est jeté », placée dans la bouche de César, dans l’uchronie, avant l’assaut final contre les troupes de Spartacus sur les pentes de l’Etna (pl. 47).

[7] Relevons, pour être pointilleux, que, contrairement à ce que suggère ici le scénario, César ne saurait de toute façon attendre en la matière une décision du sénat alors qu’il est déjà consul (et encore moins au moment où son consulat est prêt de s’achever, comme il est précisé pl. 15), puisque, depuis la fin du IIe s. av. J.-C., le sénat avait l’obligation légale de déterminer les futures provinces consulaires avant même les élections des consuls pour l’année suivante. C’est ce qui s’était produit à l’été 60, le sénat ayant d’ailleurs pris soin à cette occasion de choisir des provinces insignifiantes pour éviter de donner prises aux ambitions de César si celui-ci venait à être élu.

[8] On pourrait du reste relever bien d’autres exemples de telles incongruités : les cartes anachroniques de la Sicile – accompagnées de légendes de cuisine – utilisées par César pendant son expédition navale (pl. 36 et 39) ; César appelé « divin César » dès 58 av. J.-C. (pl. 16 et 36) ; César, consul, déambulant sur le forum et dans la villa de Crassus en tenue militaire, le glaive au côté (pl. 14-17 et 20-21) ; les légionnaires romains, menton bien relevé, saluant fièrement César d’un ostensible salut fasciste (pl. 27) ; etc.

[9] Pour ne citer que quelques publications récentes en langue française : C. Meier, César, Paris 1989 ; Y. Le Bohec, César chef de guerre. César stratège et tacticien, Monaco 2001 ; E. Teyssier, Spartacus : entre le mythe et l’histoire, Paris 2012 ; Y. Le Bohec, Spartacus, chef de guerre, Paris 2016.

À lire dans la R.E.A. :

Cadiou (Fr.), « Alia ratio. L’armée romaine, la guérilla et l’historiographie romaine »R.E.A. 115/1, 2013, p. 119-145.

Citer cet article comme : François Cadiou, Jour J. Tome 23 : La République des esclaves, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/07/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9442.

Crédits image : première de couverture Jour J, volume 23, Duval-Pécau-Blanchard. © Éditions DELCOURT, 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *