L’Antiquité dans la « culture populaire »

Le carnet de recherche de l’association Antiquipop « recense, décode et analyse les références à l’Antiquité dans la culture pop contemporaine ». C’est ainsi qu’il est défini et présenté par trois docteurs lyonnais qui dirigent l’association : Fabien Bièvre-Perrin (président), Laury-Nuria André (secrétaire) et Élise Pampanay (trésorière).

Le logo de l’association représente l’enlèvement de Thalie par Zeus, issue d’un vase du peintre de Darius (fig.1). Il s’agit là d’une allégorie de l’enlèvement de l’âme par Zeus, esprit supérieur guidant toute chose. Est-ce une allusion savante à l’élévation de l’esprit ou une confusion avec la muse de la comédie en rapport avec les sources explorées ? La réception débutant généralement par une introspection du chercheur lui-même, le lecteur aurait aimé une explication de ce choix qui aurait illustré l’approche voulue.

Fig. 1. Logo de l’association Antiquipop

L’objectif affiché est d’abord, semble-t-il, la construction d’un corpus. L’objet de celui-ci est de référencer les allusions, citations, utilisations de l’Antiquité dans les médias les plus contemporains. L’argumentaire du colloque organisé par l’association en mai 2016 à Lyon précise les pistes envisagées par l’équipe d’Antiquipop (voir l’article d’Anna Delassiaz[1]). Tout en se plaçant dans la suite des écoles anglo-saxonnes de réception de l’Antiquité, les organisateurs souhaitent s’intéresser à des supports peu explorés par les recherches académiques, généralement concentrées sur les réceptions savantes, la bande-dessinée francophone et le cinéma. Les jeux vidéo, les séries, l’art contemporain ou la mode, qui sont ici rattachés à une culture de masse, sont mis en avant. Il aurait sans doute été intéressant de préciser ce que les auteurs entendent par pop’ culture. La mode peut aussi être élitiste et ne pas toucher l’ensemble de la population.

Au début de l’année 2017, trente-quatre recensions sont présentées sur le site, rédigées par neuf auteurs (É. Pampanay, C. Psilakis, A. Amory, P. Bernard, N. Wolff, F. Bièvre-Perrin, C. Chrétien, S. Hirel, L.-N. André). Quelques articles étaient indisponibles au moment où ses lignes ont été écrites (Beat Lippert et la Victoire de Samothrace sont dans un bateau – Extase en Aval). Ils sont répartis en huit grands thèmes : Art contemporain, Cinéma, Jeu Vidéo, Manga, Mode, Musique Pop, Publicité, Série. Un onglet permet également de chercher les articles se rapportant à une période de l’histoire : Antiquité égyptienne, Antiquité grecque, Antiquité romaine, Aztèques, Culture assyrienne, Cultures asiatiques, Cultures nordiques. Comme le prouvent toutes les analyses globales de corpus sur la bande-dessinée, le Comics, le manga ou le cinéma, de ces trente dernières années, les trois premières sont de très loin les plus traitées par les artistes et par les chercheurs, avec une nette prédominance de la Rome impériale.

Le projet de départ était surtout tourné vers le grand public. Cela explique le ton très léger et très ouvert des premiers articles publiés. L’analyse de la typographie du yaourt grec est amusante (fig. 2). É. Pampanay interroge les choix opérés en marketing[2].

Si le choix esthétique d’une typographie grecque a pour seul but de clairement identifier un yaourt grec, produit différent d’un yaourt classique, les allusions à l’Antiquité ne sont qu’un simple décorum. Le discours se fait ensuite plus scientifique au fil des articles.

Fig. 2. Le packaging d’une marque anglaise de laitages

La plupart sont des descriptions d’apparition ou de détournements d’éléments antiques dans un clip (Azealia Banks, Méduse nordique – Ice Princess ou Florence + The Machine – How Big, How Blue, How Beautiful – Odyssey (MAJ), ou encore Katy Perry dans le labyrinthe – Wide Awake), une pub (In the bath with Cleopatra ou Invictus/Olympéa : quand les publicités de Paco Rabanne ont un parfum d’Antique (1/2), ou encore KOUROS : les dieux vivants ont leur parfum), un film (Hunger games – Panem et circenses (du pain et des jeux)), une œuvre d’art contemporain (Barry X Ball, « Sleeping Hermaphrodite » – De la copie antique à la copie numérique ou Jonas Wood et la céramique grecque).

Certains sont plus développés et recoupent plusieurs sources, comme l’article sur American Horror Story ou celui sur Beyoncé (I have three hearts – Beyoncé as Black Venus). Un des plus aboutis est sans doute l’article de N. Wolff sur le rappeur Booba (Booba « Nero Nemesis » – Des références ambiguës à l’Antiquité) (fig. 3). Il s’agit d’un bon exemple méthodologique de ce que peut être un travail de réception de l’Antiquité aujourd’hui : c’est-à-dire, au-delà d’une description du fait antique représenté, une interrogation des choix opérés par l’artiste appuyée sur des déclarations de celui-ci, doublée d’une mise en série des références antique dans l’ensemble de son œuvre, et d’une présentation de la perception du public et de la place de la référence antique dans la relation entre l’auteur et les spectateurs.

Fig. 3. Nero Nemesis, 8e album de Booba

Interroger la démarche des auteurs et la confronter aux attentes du public et aux choix d’autres artistes est essentielle dans les études actuelles en réception de l’Antiquité. L’entretien avec I. Kirkpatrick est, de ce point de vue, extrêmement intéressant (Ian Kirkpatrick’s composite Art: Antiquity made modern). On pourrait également louer la qualité de l’analyse dans l’article Calliope sombre, Érato Électro, Euterpe & all the new Queens… I. De l’Alma Venus antique à la Venus terribilis contemporaine (Venus – Alain Bashung) qui opère un stimulant croisement entre des œuvres paraissant, au premier abord, très éloignées, d’A. Baschung à Christine and the Queens. Les sujets sont variés et touchent de nombreux thèmes contemporains comme le féminisme, qui peut prendre appui sur des grandes figures de femmes fortes telles Cléopâtre (Katy Perry reine du Nil – Dark Horse ou Lady Gaga, Pop-Aphrodite – G.U.Y., an ARTPOP film (+ Applause)).

Si l’objet de départ des articles est généralement un document contemporain, quelques approches partent des éléments antiques et suivent leurs traces dans les médias d’aujourd’hui. C’est le cas de Veni, Vidi, Valmy – TCL / Veni, Vidi, Vici – Madonna qui traque les détournements des citations de César dans les médias d’Astérix à Madonna.

D’autres articles tombent dans des écueils encore trop souvent observés dans les études de ce type. Par exemple, la tentation de recourir au « jeu des sept erreurs » dans l’article Britney Spears, Beyoncé, Pink et Enrique Iglesias – We Will Rock You (Pepsi) masque une analyse pourtant intéressante. Des auteurs comme P. Payen, par ailleurs cité en bibliographie, ont depuis longtemps montré la pauvreté heuristique de tels catalogues et de l’importance d’interroger les choix plutôt que d’identifier de supposées erreurs.

Les futurs développements d’Antiquipop sont annoncés sur le site : § Référence à l’Antiquité et black power dans la pop music (Solange, Beyonce…) § Matrix et l’Antiquité § Kylie Minogue « Pop Aphrodite » § Versace, la marque à la Méduse § Mylène Farmer dans les mains d’Isis § Alexander McQueen / Gods of the runway § Le minotaure dans la pop après 2000.

Ce corpus est mis à disposition de tous. De ce point de vue, la constitution annoncée d’une base de données paraît indispensable, le carnet de recherche montrant vite ses limites. La recherche par nuage de mots-clefs est utile, mais elle perdra de son intérêt avec la multiplication des articles. En revanche, la grande variété des approches (description des éléments antiques dans une œuvre, analyse globale du travail d’un artiste, mise en série d’un thème dans plusieurs œuvres, recherche sur la postérité d’un élément antique) et de la qualité des articles, risque de rendre très délicate la conception et l’administration d’une base de données cohérente qui serait utile aux chercheurs. Il y a là un sacré défi pour l’équipe d’Antiquipop. Néanmoins, s’il était relevé, il permettrait aux chercheurs de disposer d’un formidable outil pour se livrer à de plus profondes analyses et à des mises en séries des productions par pays, par genre…

Cette volonté d’ouverture et de partage est en tous les cas à souligner. L’association participe à la diffusion des savoirs par son carnet de recherche, mais aussi à travers des cafés histoire, conférences tout public, projections tout public, expositions, collaborations avec le musée de Saint-Romain-en-Gal, colloque scientifique de mai 2016. Dans ce but, le bureau d’Antiquipop a adopté une communication résolument moderne : carnet de recherche, blog, Facebook (774 « j’aime »), twitter (855 abonnés), dont les chercheurs de tous domaines seraient bien inspirés de suivre l’exemple.

Matthieu Soler

Docteur en histoire romaine

[1] Anna Delassiaz[1], Recherches : compte rendu du colloque « Antiquipop », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/08/2016.

[2] https://antiquipop.hypotheses.org/948.

Citer cet article comme : Matthieu Soler, L’Antiquité dans la « culture populaire », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/07/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9487.

Crédits image : logo du carnet de recherche. © Antiquipop.

Une réflexion au sujet de « L’Antiquité dans la « culture populaire » »

  1. Merci de cette synthèse à propos du carnet Antiquipop. J’attire votre attention sur plusieurs points. Tout d’abord, Vincent Chollier a remplacé Laury-Nuria André au bureau de l’association. Ensuite, la page d’accueil du carnet a également évolué depuis la rédaction de votre article, et la section « à venir » a disparu au profit d’une page « contribuer ». Le choix du logo est en partie esthétique, mais l’idée de la plante qui se déploie et de l’envol, l’enlèvement, ont aussi retenu mon attention. Vos autres remarques sont bien notées, et nous allons essayer d’y répondre, j’étais en effet assez mécontent de l’article sur la publicité Pepsi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *