L’Art du crime, tome 4 : Electra

Omeyer (M.), Berlion (O.), Liberge (E.), L’Art du crime, tome 4 : Electra. – Paris : Glénat, 2016. – 48 p. – ISBN : 978.2.344.00782.2.

Parmi les tendances éditoriales récentes de la bande dessinée, la série concept, née au début des années 2000, a pour particularité de décliner une même thématique en un nombre défini d’albums indépendants, confiés à plusieurs dessinateurs et fréquemment situés à différentes époques historiques. À l’heure où se distend la familiarité du public avec l’histoire ancienne, on ne peut que se réjouir que certaines de ces séries à la mode prennent la peine d’emmener leur lecteur vers le monde gréco-romain. Après Le Casse, Jour J, ou encore L’Homme de l’Année, c’est donc au tour de la nouvelle série de ce type chez Glénat de proposer un album dont l’intrigue est située dans l’Antiquité. Passée cette satisfaction initiale, on déchante vite cependant face au traitement infligé par les auteurs à la période de l’histoire romaine qu’ils ont choisi pour cadre de leur récit.

Le principe de la série est simple : il s’agit de proposer neuf albums structurés autour d’un lien étroit entre un crime et un art majeur, chaque histoire se présentant comme un récit écrit en prison par le protagoniste du premier tome, qui se déroule en 1972 autour d’une bande dessinée inachevée. Après le milieu du XIXe siècle et la peinture (t. 2) puis le XVIIe siècle et l’architecture (t. 3) et avant le début du XXe siècle (t. 5 et 6 avec le cinéma et la littérature), le tome 4 concerne la sculpture, transportant pour cela le lecteur dans la deuxième moitié du IIe siècle avant J.-C., à l’époque du sac de Corinthe en 146. Il nous raconte le destin d’Electra, une femme sculpteur, qui, durant la prise et la destruction de la cité par les armées romaines, a assisté au meurtre de son élève le plus prometteur par le cruel Néréus, fils d’un puissant sénateur romain. Emmenée comme esclave en Italie, elle réussit à s’enfuir et prépare alors sa vengeance en se rapprochant du tribun Marcus Flavius, rival de Néréus, sur fond d’intrigues politiques au sénat romain.

Ambitieux par les thèmes abordés, le récit déçoit néanmoins par sa trame assez attendue et ses ressorts dramatiques artificiels. Parfois confuse, l’intrigue est traitée de façon trop sommaire dans le format imposé des 48 pages. Elle manque souvent de vraisemblance et on peine aussi à faire le lien avec le reste des albums de la série, le thème de l’art passant ici au second plan, derrière celui du crime et du complot – même si on comprend, dès la page 2, que c’est l’être humain lui-même qui est assimilé à une « délicate œuvre d’art ». Les personnages, réduits à des archétypes (l’héroïne belle et intrépide, le tribun fidèle et courageux, le jeune noble psychopathe et parricide, le vieux sénateur sage et généreux, etc.), peinent à exister. Ces menus défauts ne seraient pas au fond gênants en soi s’ils n’étaient pas aggravés par de gros problèmes sur le plan de la reconstitution historique, qui est celui qui nous intéresse plus directement ici.

Une fois de plus, tous les clichés inhérents au péplum romain sont reproduits sans l’ombre d’un recul : l’omniprésence de légionnaires en armure patrouillant contre toute vraisemblance au cœur de l’Urbs (et qui, page 38, vont jusqu’à défoncer au bélier la porte de la maison de Marcus Flavius !) ; l’inévitable scène de triomphe grandiose (p. 10-11), tout droit sortie de Quo Vadis ?, version Melvyn LeRoy (1951) ; le peuple romain à qui l’on donne des jeux (p. 23-24) mais qui réclame du pain (p. 27) et dont la manifestation est durement réprimée par les militaires sur le forum (p. 28) ; plusieurs scènes de bains (p. 20-22 et 25), d’orgie (p. 21) et de combats dans l’arène (p. 17, 23-24, 47), sans lesquelles le lecteur n’aurait pas l’impression d’avoir affaire aux Romains de l’Antiquité ; une crucifixion (p. 34), symbole archétypal s’il en est de la cruauté du pouvoir romain, voisinant avec une allusion anachronique aux « catacombes » où traînent brigands et mendiants (p. 33). Si on ajoute l’affrontement en armes entre le bon tribun (blond) et le méchant (brun) qui vident publiquement leur querelle par un combat à mort sur le forum (p. 40-42), ainsi qu’une pointe d’érotisme censément torride (p. 21-22), on retrouve là l’ensemble des ingrédients qui, sans distinction d’époque ou de contexte, sont depuis toujours associés à la Rome antique dans l’esprit du grand public.

C’est en effet à cette Antiquité fantasmée et atemporelle que l’évocation historique cède ici entièrement le pas. Il serait fastidieux d’énumérer toutes les erreurs ou absurdités qui émaillent l’album, que ce soit dans les costumes, les décors ou les allusions à la vie politique et sociale. C’est planche par planche, et presque case par case, qu’on peut prendre les auteurs en défaut, à l’image de cet improbable moulin à vent placé sur les hauteurs de Corinthe (p. 4). Contre toute logique, Marcus Flavius, pourtant simple tribun militaire, est respectueusement appelé « général » par Electra (p. 22) et par le gaulois Caratacos (p. 35). L’un des principaux ressorts de l’intrigue est lui-même fondé sur un énorme anachronisme puisqu’on assiste, interloqué, à la création de la garnison de Rome (p. 11 et 14-16), soit plus d’un siècle avant son apparition dans l’Histoire (rappelons que les cohortes prétoriennes sont une création d’Auguste en 27 ou 26 avant J.-C.) (fig. 1). Quant aux luttes politiques qui servent de toile de fond à la tentative (ratée) de coup d’état militaire de la part du sinistre Néreus, elles sont ramenées à un affrontement rebattu entre ambitieux avides de pouvoir et sénateurs naïvement progressistes, dont certaines tirades prêtent franchement à sourire. Ainsi, juste avant de se faire brutalement assassiner chez lui par les hommes de main du méchant, le sénateur patricien Gnaeus (on ne saura jamais pourquoi il n’est appelé que par un prénom…) est en train d’exposer à ses convives la teneur du texte qu’il veut présenter au sénat le lendemain, déclarant sans rire (p. 31) : « Il se découpe en quatre parties : des mesures sociales de base ; une taxe pour le pain ; une réforme ag… » (fig. 2). Le lecteur suppose ici que le malheureux voulait dire « agraire » et regrette que la fin brutale du personnage le prive de l’occasion d’apprendre ce que pouvait bien être la quatrième mesure de cet ambitieux train de réformes. Comme Gnaeus est qualifié par ses ennemis politiques de « traître à la cause des patriciens » (p. 24), on comprend vite que les ressorts de la vie politique à Rome au milieu du IIe siècle avant J.-C. ne sont que très imparfaitement maîtrisés par les auteurs.

Fig. 1 : Où le lecteur historien, surpris, apprend que les cohortes prétoriennes seraient apparues en 146 av. J.-C. et non en 27-26 avant J.-C., p. 11

 

Fig. 2 : La triste fin d’un sénateur socialement progressiste… p. 31

Manifestement, ceux-ci n’ont cure de l’histoire romaine. Ils ne prennent même pas la peine de recopier correctement les quelques informations glanées ici ou là pour tenter de donner de la crédibilité à leur évocation fantaisiste du début des années 140 av. J.-C. : ainsi le vainqueur de Corinthe, L. Mummius, est-il rebaptisé approximativement « L. Mumnius » (p. 14 et 33), tandis que la proclamation de la suspension des activités publiques en cas de crise, le iustitium, devient ici un improbable « justinium » (p. 33) ; la Pergame hellénistique devient « Bergame » (p. 26) par une confusion dont le lecteur ne s’explique pas trop l’origine et le dialogue sous-entend que, comme Corinthe, elle a été pillée par Rome, ce qui ne correspond à rien d’historique. Les allusions au contexte supposé de l’époque laissent ainsi perplexe : lorsqu’Octavius, le père de Néréus, affirme au Sénat, à l’occasion de la cérémonie du triomphe, que « notre domination est désormais totale jusqu’aux frontières de l’Orient » (p. 11), on s’étonne que celui qui nous est présenté comme un sénateur très influent ne soit pas plus au fait des réalités géopolitiques de son temps. De même, quelques pages plus loin, le même personnage, justifie devant ses pairs la nécessité de ramener l’ordre en disant que « Les barbares ont mis la Sicile à feu et à sang » (p. 14), chose étrange puisque les troubles dans l’île ne sont pas antérieurs à 139 et résultent non d’une attaque extérieure mais d’une révolte servile de grande ampleur.

Plus généralement, on en vient à se demander pourquoi les scénaristes ont choisi de placer leur intrigue en 146 avant J.-C., alors que rien, dans l’album (hormis la date figurant dans le récitatif de la page 4) ne se rapporte à cette période de l’histoire de Rome. On sent qu’ils auraient raconté exactement la même histoire et proposé exactement les mêmes images s’ils avaient choisi de situer le récit plutôt au Ier siècle avant J.-C., au IIe s. après J.-C. ou même sur la planète Mars. Ou plus exactement sur la planète Hollywood, car, à l’évidence, c’est bien du péplum et de ses (pires) tics que les trois auteurs tirent leur inspiration principale. Ce n’est sans doute pas un hasard si le dessinateur prête au noble sénateur Gnaeus, incarnation de l’intégrité et des valeurs morales, les traits d’un Ben Kingsley (ressemblance évidente page 15) (fig. 3).

Fig. 3 : Mais que vient faire Ben Kingsley dans cette galère ? p. 15

L’ensemble n’échappe pas au ridicule : alors que le vil Néréus est censé avoir été incinéré « loin de Rome et dans l’anonymat » (p. 46) sur ordre du sénat (sic), le héros Marcus Flavius retrouve pourtant sans peine sa pierre tombale auprès de laquelle il vient déposer la statuette volée à Corinthe sur la dépouille du jeune Zacharias. De plus, l’anonymat de cette sépulture est tout relatif, puisqu’y figurent en bonne place tous les noms du défunt, et quels noms ! « Nereus Nerva Heliogabalus Caligula » (fig. 4) !!! Il fallait oser… Ceci montre bien que, comme toujours, c’est l’image de la Rome des empereurs, popularisée par l’imaginaire moderne, qui est omniprésente en filigrane d’un album qui n’est pas à un anachronisme près : les légionnaires y sont résolument d’époque flavienne, soit plus récents de plus de deux siècles (fig. 5) ; l’hoplite corinthien de la page 5 n’aurait pas déparé dans 300 ; un amphithéâtre de pierre comme celui de la page 23 n’existait pas à Rome au IIe siècle avant J.-C. ; les immeubles bordant le forum romain présentent des façades nettement médiévales, comme en attestent les remplages de leurs fenêtres (p. 18) (fig. 5) ; les armaturae des gladiateurs sont, comme souvent, celles du Haut-Empire (p. 23 et 47). À la première et à la dernière page de l’album, un archéologue exhumant à « l’automne 2016 » (p. 2) la statuette enfouie par Marcus Flavius s’exclame : « Je suis certain qu’elle est d’époque ! » (p. 48). Dommage qu’on ne puisse pas en dire de même du décorum dont les auteurs ont affublé leur récit au mépris de toute vraisemblance historique.

Fig. 4 : Une tombe anonyme ridiculement bavarde… p. 46
Fig. 5 : Un légionnaire flavien devant un décor médiéval au milieu du IIe siècle avant J.-C. : une certaine idée de la rigueur historique… p. 18

Si on laisse de côté l’appréciation que chaque lecteur pourra porter, en fonction de ses goûts, sur les qualités graphiques et dramaturgiques de l’album, l’historien, lui, ne peut que déplorer, du point de vue de la reconstitution proposée, un ratage total qui porte à son paroxysme les travers d’une certaine bd pseudo-historique.

NB : les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Éditions Glénat et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

Autorisation de reproduction accordée par les Éditions Glénat pour les cinq figures ci-dessus et la couverture du tome 4 de la bande dessinée Art du crime.

François Cadiou

Professeur d’histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne – UMR 5607 Ausonius

À lire dans la R.E.A. :

Limonier (F.), «  Rome et la destruction de Carthage : un crime gratuit ? », R.E.A. 101-3/4, 1999, p. 405-411.

Citer cet article comme : François Cadiou, L’Art du crime, tome 4 : Electra, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/11/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9841.
Crédits image : première de couverture. © Glénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *