Boiotia and the Outside World

« Boiotia and the Outside World. Boiotian international relations from the Bronze Age to the Imperial Period. », colloque international organisé par Fabienne Marchand à l’Université de Fribourg Miséricorde, 7-9 juin 2017.

Du 7 au 9 juin 2017, s’est tenu à l’Université de Fribourg le colloque international « Boiotia and the Outside World. Boiotian international relations from the Bronze Age to the Imperial Period » qui a réuni 24 participants de 11 pays différents. Si, comme l’a souligné Fabienne Marchand dans son introduction, les études béotiennes ont été particulièrement dynamiques ces dernières années, elles ont eu tendance à se focaliser sur la région en elle-même et sur sa confédération. Pour la première fois, un projet de recherche, porté par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique et dont découle ce colloque, s’est intéressé à l’étude des relations de la Béotie avec l’extérieur.

Lors de la conférence inaugurale, intitulée « Boiotia, inside out », Hans Beck s’est intéressé aux principaux concepts mobilisés lors du colloque. La réflexion s’est notamment attardée sur la définition de « l’intérieur » et de « l’extérieur », sur la question de la frontière et de sa nature qui ne saurait être réduite à une définition politique, sur l’historiographie du « network » et l’intérêt de mobiliser cette notion de « réseau » pour analyser les connexions d’un groupe avec l’extérieur, et surtout sur l’articulation entre échelles locale et globale.

La première journée était dédiée aux dynamiques régionales induites par les relations entre la Béotie et ses voisions. Lors de la première session, présidée par Denis Knoepfler, Albert Schachter a enquêté sur les voisins immédiats de la Béotie. Il a démontré que les frontières séparant ces peuples des Béotiens n’ont pas toujours été fixes et que le seul élément clair de distinction pour les Béotiens a toujours été leur dialecte. En fin de compte, les relations avec les voisins, parfois les affrontements, ont participé à forger une identité commune en Béotie. Sylvain Fachard a poursuivi la réflexion sur les frontières de la Béotie en présentant ses travaux sur les frontières attico-béotiennes aux VIe et Ve siècles av. J.-C. Au-delà de l’aspect topographique, sa communication a suscité une discussion sur le concept de « frontière » à ces époques et a sur les réalités qu’il sous-entend ainsi que sur la manière dont nous pouvons les percevoir aujourd’hui. Toujours sur le relations entre Athéniens et Béotiens, Roy van Wijk a proposé de porter un nouveau regard sur leur état au lendemain des guerres médiques. Son analyse au niveau local met à mal l’image de la lutte idéologique véhiculée par les sources littéraires et montre que les relations entre Athéniens et Béotiens étaient plus complexes qu’on le suppose et que les deux peuples ont su collaborer et se rapprocher au besoin, dans un esprit plus pragmatique qu’idéologique. Dans la continuité de cette intervention, Denis Knoepfler a présenté l’apport des inscriptions à notre compréhension des relations entre la Béotie et Athènes au IIIe siècle av. J.-C. En effet, s’il est clair qu’à la fin du IVe siècle av. J.-C., l’attitude des Athéniens vis-à-vis des cités béotiennes a été dictée par le jeu politique des dynastes qui se disputaient l’héritage d’Alexandre, les choses sont moins claires par la suite en raison de la carence des sources historiographiques. L’examen des sources épigraphiques, dont plusieurs décrets inédits, a permis de restituer des périodes d’affrontement puis de paix entre ces deux régions. Après cette étude, Yannis Kalliontzis a proposé d’examiner les relations entre le koinon béotien et la Locride orientale, toujours à la lumière du corpus épigraphique.

La première communication de l’après-midi a été consacrée à l’étude du mythe d’Arné, bien connu en Béotie, mais aussi présent dans la mythologie thessalienne. Emma Atson s’est interrogée sur les origines du mythe et sur les relations entre versions béotienne et thessalienne. Elle a montré que l’évolution de ces deux versions étaient liées à celle des relations entre Béotiens et Thessaliens et que le mythe d’Arné offrait donc des clés de lecture pour les analyser. Ensuite, à partir de plusieurs sources littéraires et numismatiques, Sam Gartland a repris l’étude des relations entre Thèbes, et Sicyone entre le VIe et le IVe siècles av. J.-C., étude qui vient souligner la diversité des échanges entre le golfe de Corinthe et la Béotie à cette époque. Enfin, Christel Müller a choisi d’aborder la question des relations entre Rome et la Béotie par le biais de la fiscalité. Elle a proposé une relecture d’une inscription d’Oropos (RDGE 23) au sujet des exemptions dont bénéficie la cité en 73 ap. J.-C. Le texte témoigne de l’attitude positive de Sylla envers les Oropiens car ceux-ci ont pris son parti durant la guerre. Sylla a pris sur la terre publique pour agrandir la terre sacrée et a reconnu l’asylie de l’ensemble, une manière selon Christel Müller de protéger les biens du dieu contre les réquisitions et autres brutalités et donc de ne pas assécher les revenus de la cité. En effet, grâce à Sylla, les revenus de ces terres sont donc consacrés à Amphiaraos, ce qui les exclue des redevances perçues par les publicains.

La journée s’est achevée par la présentation de plusieurs posters : Julie Bernini sur les cultes isiaques de Thespies, Lieve Donnellan sur le travail mené avec Anthony Snodgrass et Yannick Boswinkel sur l’architecture urbaine d’Haliartos, Andrej Mozhajsky sur la progression de l’armée de Pausanias avant la bataille de Platées en 479 av. J.-C. et Lukasz Szelag sur son analyse épigraphique des relations de Thespies avec l’extérieur.

Les discussions de cette première journée ont montré l’importance d’analyser les relations entre les Béotiens et les autres acteurs du monde grec à l’échelle locale. En effet, une attitude commune est rarement définie, les cités béotiennes exprimant des soutiens et des stratégies différentes.

La seconde journée a débuté par une session présidée par Marcel Piérart et consacrée à la Béotie mycénienne. Vassilis Aravantinos a fait le point sur nos connaissances de la structure sociale et de l’administration de la région à cette époque qui fut pour la Béotie une époque de fort dynamisme intérieur ainsi que d’intenses échanges avec l’extérieur. Le début de l’époque mycénienne (XVIIe-XVe siècles av. J.-C.) fut une époque de transition au cours de laquelle les grands sites comme Orchomène et Thèbes ont multiplié les contacts avec l’Egée et surtout la Crète. Cette influence, de même que celle de Chypre, se remarque toujours lors de l’époque palatiale (XIV-XIIIe siècles av. J.-C.), en plus de l’augmentation des relations des centres béotiens entre eux, dominées par Thèbes. Bryan Burns a ensuite présenté le travail mené avec Brendan Burke et Alexandra Charami sur Eleon à l’époque mycénienne. Plusieurs découvertes récentes, issues d’un programme gréco-canadien ont aidé à préciser son histoire. L’exploration archéologique de tombes a permis d’établir qu’il s’agissait d’un site important au début de l’époque mycénienne. Elles ont en effet livré un riche matériel, dont de nombreuses importations, attestations d’échanges avec Thèbes, mais aussi de la participation d’Eleon au grand commerce égéen. L’accumulation de mobilier luxueux dans les tombes témoigne aussi d’une compétition entre des élites désireuses d’asseoir leur prestige social. Cette richesse s’explique par la situation géographique d’Eleon, sur la route entre Thèbes et Chalcis. A l’époque palatiale, le site n’est plus que secondaire, sans qu’on sache pourquoi il ne parvient pas, à la différence de Thèbes, à s’imposer comme un site majeur tout au long de la période.

La session suivante, présidée par Albert Schachter, était consacrée aux concours, cultes et sanctuaires en tant que miroirs des relations internationales. Fabienne Marchand s’est intéressé à l’empreinte laissée par les souverains hellénistiques dans les sanctuaires béotiens, notamment les dynasties attalide et lagide. Si ces dynastes ont été généreux envers les sanctuaires, peu d’honneurs leur été octroyés. Les Béotiens ont préféré remercier leurs envoyés et leurs philoi, ce qui contraste avec l’attitude qu’ils auront ensuite envers les Romains. Les communications se sont ensuite intéressé aux concours. Sebastian Scharff a analysé les victoires thébaines lors de l’époque hellénistique et souligné leur utilisation politique par une cité affaiblie suite à sa destruction par Alexandre en 335 av. J.-C. Si les Thébains sont vainqueurs dans plusieurs concours stéphanites aux IVe (après 335) – IIIe siècles av. J.-C., ce n’est plus les cas aux IIe et Ier siècles au cours desquels ils ne s’illustrent plus que dans les concours béotiens. L’analyse des épigrammes en l’honneur de ces vainqueurs des IVe et IIIe siècles montre une glorification de Thèbes, mais surtout de sa jeunesse dont la force est soulignée et comparée à celle d’Héraclès. Les Thébains revendiquaient ainsi leur espoir dans un futur meilleur, un retour à la puissance d’antan, grâce aux qualités de cette jeunesse. Ils soulignaient aussi l’ancienneté de leur appartenance au peuple grec, par opposition aux nouvelles puissances issues des marges du monde grec. Cette rhétorique à l’œuvre dans les épigrammes était peut-être, selon Sebastian Scharff, une réaction aux critiques formulées par Polybe et Heraclidès Criticus à la même époque. Ensuite, Paul Grigsby a envisagé les concours béotiens comme lieu de négociation et d’expression des relations entre Rome et les cités béotiennes.

La dernière après-midi fut consacrée à l’étude de certaines productions béotiennes et des relations économiques la Béotie. Grâce au riche mobilier funéraire découvert ces dernières années dans les nécropoles de Tanagra, de Thèbes, de Lébadée, d’Akraiphia et d’Haliarte, Alexandra Charami a étudié les ateliers de Béotie au cours de la période hellénistique. Elle a par exemple montré que les ateliers de Thèbes se distinguaient par des influences venues de Grande Grèce et de Macédoine. Thèbes importait également de la céramique d’autres villes béotiennes et réalisait des exportations vers ces mêmes villes. Par exemple, des alabastres blancs thébains ont été découverts à Lébadée, ainsi que des amphores de type macédonien à Akraiphia etc. L’analyse des figurines hellénistique découvertes dans les tombes a confirmé l’importance de Tanagra dans ce domaine et l’extension de ses relations commerciales. Néanmoins, il est aussi apparu que les cités béotiennes telles que Thèbes ou Lébadée avaient des ateliers coroplastiques locaux. L’uniformité du style laisse supposer une circulation des moules et peut-être même des artisans. Toujours dans le domaine funéraire, Margherita Bonanno Aravantinos a démontré que les stèles hellénistiques et romaines de Béotie pouvaient être perçues comme l’expression d’identités culturelles et sociales. En effet, les monuments funéraires sont des indicateurs du statut socio-économique du défunt, ainsi qu’une source d’informations sur la culture de la région. Par exemple l’influence macédonienne sur la région, forte après la bataille de Chéronée, se retrouve dans la présence d’une frise dorique au sommet des stèles, inspirée des tombes macédoniennes, telle celle de Lefkadia au début du IIIe siècle av. J.-C. Les choix faits par le défunt ou sa famille témoignent du souvenir que celui-ci voulait laisser à sa communauté. Plusieurs monuments portent la représentation d’une clé, parfois associée à une couronne, pour rappeler la prêtrise exercée par le défunt. Le type de représentation choisi pouvait indiquer une dévotion particulière pour une divinité (par exemple une robe isiaque portée par une défunte). Parfois également à l’époque impériale, les enfants sont représentés en habits d’adultes (chiton et himation) pour exprimer les qualités qu’il aurait développé s’ils avaient vécu. Enfin, Philip Bes a présenté les conclusions tirées de la collecte de dizaine de milliers de tessons lors des prospections sur les territoires de Hyettos, de Coronée, de Thespies et de Tanagra et dont l’objectif était de restituer les interactions entre les populations et le paysage. Des différences nettes entre les cités sont apparues. Ainsi, par exemple, Hyettos et Tanagra ont livré beaucoup de céramique égéenne, à la différence de Thespies et de Coronée.

John Bintliff a clôturé le colloque par une conférence intitulée « From polis to imperium : proto-capitalism and globalisation in Hellenistic to Roman Boeotia » dans laquelle il a fait part de ses réflexions sur l’impact de Rome sur la Grèce et sur les transformations induites dans les paysages entre les époques hellénistique et romaine. Les prospections ont montré une réduction de l’activité des territoires béotiens et une contraction des villes, ainsi que le développement de grandes propriétés à la campagne, centres d’une agriculture commerciale. Tous ces éléments témoignent selon John Bintliff de l’impact négatif de l’arrivée des Romains dans des cités hellénistiques déjà surpeuplées et face à une incapacité à produire suffisamment pour assurer leur prospérité.

Ce colloque a suscité de nombreuses discussions et mis en lumière la diversité interne à la Béotie. Les communautés y ont leurs propres identités et leurs propres trajectoires, elles font des choix différents dans les relations avec l’extérieur et expriment localement leur différence. Ainsi, ce colloque s’est conclu sur cette remarque : « l’Outside World est aussi à l’intérieur de la Béotie ».

Julie Bernini

Doctorante en histoire grecque, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Julie Bernini, Boiotia and the Outside World, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/08/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9905.
Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.