Les reines de sang. Cléopâtre, la Reine fatale. Volume 1

Gloris (M.), Gloris (T.), Mouclier (J.), Les reines de sang. Cléopâtre, la Reine fatale. Volume 1. – Paris : Éditions Delcourt, 2017. – 65 p. – (Histoires & Histoires). – ISBN : 978.2.7560.7829.8.

Cléopâtre fait encore et toujours fantasmer. En témoigne ce premier volume d’une série de bandes dessinées entièrement consacrée à la plus grande icône féminine de tous les temps. Les auteurs sont des habitués de la BD historique. Marie et Thierry Gloris ont notamment publié Isabelle la louve de France (2012). Cette fois, ils s’attaquent à l’Antiquité, avec la complicité du dessinateur Joël Mouclier, familier des univers fantastiques.

Leur Cléopâtre trône, solitaire, en couverture du livre qui raconte le début du règne, de 51 à 48 avant J.-C., s’achevant sur la première rencontre nocturne entre la reine et Jules César, au palais d’Alexandrie (fig. 1). Durant cette période, personne en Égypte ne peut prétendre éclipser la puissance de la reine, fondée sur un savant dosage de séduction et d’autoritarisme. Cléopâtre, « grande maîtresse de la perfection », selon sa titulature officielle, peut se moquer ouvertement de son petit frère, le roi Ptolémée XIII, gamin ridicule et colérique qu’elle a dû épouser pour respecter la norme dynastique.

Fig. 1. Cléopâtre sur son trône (couverture du volume)
Fig. 1. Cléopâtre sur son trône (couverture du volume). © Éditions Delcourt, 2017 – M. Gloris, T. Gloris, J. Mouclier

Fidèles à une tradition picturale remontant au XIXe siècle, et prolongée depuis par le cinéma, les auteurs exhibent une brune sensuelle, le plus souvent à moitié nue. Un physique et des poses de jeune odalisque, à la manière des beautés orientales du peintre Rochegrosse. Une pharaonne exubérante, couverte de bijoux, comme Theda Bara, la sulfureuse actrice qui incarna Cléopâtre dans un péplum américain en 1917. Une souveraine mollement étendue sur sa couche, même lorsqu’elle assiste à la bataille de Péluse. Mais quand elle reçoit, dans un panier, la tête et le sexe amputé de son serviteur préféré, alors, furieuse, elle se dresse comme une lionne pour donner l’ordre de l’assaut.

Sexe et cruauté se mêlent ici, comme souvent dans les œuvres consacrées à Cléopâtre. Dès le couronnement, le ton est donné : la cérémonie dans le temple s’achève en orgie, tandis que la jeune reine de 18 ans à peine, mais déjà bien aguerrie au sexe, affirme sans rire : « J’aime ça » ! Ou encore, un peu plus loin : « Rien n’est plus important que mon plaisir ».

Le plaisir justement, elle ne parvient pas à le trouver dans les bras de son frère dont « le petit soldat n’arrive même pas à la saluer » (fig. 2). Elle préfère Hopi, son esclave africain, mûr et viril, qu’elle domine physiquement : sadique, elle le chevauche et le frappe, ce qui n’empêche pas le jouet sexuel de tomber follement amoureux de sa maîtresse. Mais Cléopâtre l’insatiable ne saurait se contenter d’un seul amant : elle se livre aussi à Skäll, une brute épaisse, homme laid et tatoué venu d’Europe du Nord, qu’elle promeut chef de ses mercenaires celtes.

Fig. 2. Cléopâtre et Hopi (page 10)
Fig. 2. Cléopâtre et Hopi (page 10). ©  Éditions  Delcourt,  2017  –  M.  Gloris,  T.  Gloris,  J.  Mouclier

Malgré le temps consacré à ses jouissances, la souveraine s’intéresse tout de même à la politique internationale du moment : la guerre civile romaine opposant César à Pompée apparaît en arrière-plan. « Monnayons notre soutien en fonction des circonstances », lâche la dirigeante machiavélique aux membres de son entourage. Sur la scène intérieure, elle accomplit les rituels pharaoniques, bien qu’elle soit parfaitement consciente des manipulations des prêtres pour conserver leur écrasante autorité sur le peuple naïf.

Cléopâtre la reine fatale réactualise quelques vieux fantasmes et clichés de la « cléomanie ». Ce qui n’empêche pas des innovations : la reine, en vraie femme libérée, fume la pipe ; perchée sur un éléphant, en plein palais d’Alexandrie, elle se présente à la fête d’anniversaire de son petit frère, bousculant les convives. Le scenario s’inspire aussi, pour la toile de fond, des rares informations sur le début du règne, fournies par les écrivains antiques, de Plutarque à Dion Cassius. On se demande juste où sont passés la sœur de la reine, Arsinoé IV, et son deuxième petit-frère, Ptolémée XIV.

Le dessin dont on admirera le trait vigoureux ainsi que les couleurs vives et charnelles offre une magnifique galerie d’images de l’Égyptienne délurée, au milieu de palais somptueux et de paysages crépusculaires (fig. 3). Comme cette pleine lune sur le Nil peuplé de papyrus, flamands roses et crocodiles. On en sort rêveur et on attend la suite avec impatience…

Fig. 3. Paysage nilotique (page 18)
Fig. 3. Paysage nilotique (page 18). © Éditions Delcourt, 2017 – M. Gloris, T. Gloris, J. Mouclier

NB : les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Éditions Delcourt et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

Autorisation de reproduction accordée par les Éditions Delcourt pour les trois figures ci-dessus et la couverture du tome  de la bande dessinée Cléopâtre.

Christian-Georges Schwentzel

Professeur à l’Université de Lorraine

À lire dans la R.E.A. :

Henne (H.), « Note sur le règne conjoint de Philométor, du futur évergète II et de Cléopâtre II »R.E.A. 38-4, 1936, p. 443-447.

Citer cet article comme : Christian-Georges Schwentzel, Les reines de sang. Cléopâtre, la Reine fatale. Volume 1, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/09/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9931.
Crédits image : première de couverture. © Éditions Delcourt, 2017 – M. Gloris, T. Gloris, J. Mouclier .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *