Tous les articles par Émilie Druilhe

Polyphonte

Vallade (C.), Nakache (J.), Polyphonte. – Angoulême : Eidola éditions, 2017. – 40 p. – ISBN : 979.10.90093.20.1.

Crédit. Eidola éditions

 

Julie Nakache nous livre à travers ce petit album dessiné sa propre vision du mythe de Polyphonte. Elle n’en est pas à son coup d’essai puisque l’auteure, enseignante de français au lycée, a déjà rédigé plusieurs ouvrages. Mais c’est la première fois qu’elle s’attaque à un mythe grec. « Mes romans écrit-elle – interrogent sans relâche sur le mystère toujours renouvelé de l’écriture, celui des mots avec lesquels tentent de se dessiner nos existences vacillantes ». Et c’est une existence vacillante qu’elle peint avec ses propres mots quand elle raconte le destin de cette héroïne tragique qu’est Polyphonte.

Continuer la lecture de Polyphonte

Le vol du vase d’Héraclès

Ballaguy (C.), Le vol du vase d’Héraclès. – Bouvignies : Les éditions Nord Avril, 2017. – 85 p. – 978.2.3679.0078.0.

Crédits image : première de couverture. © Les éditions du Nord-Avril.

 

Le vol du vase d’Héraclès est le premier ouvrage de Cyrille Ballaguy. En tant que muséologue, ce dernier possède une vaste connaissance des musées mais également de l’Antiquité, sa thèse ayant eu comme sujet les œuvres d’art de la mythologie classique dans les musées du Nord-Pas de Calais[1]. Il est souvent amené à faire de nombreux comptes rendus d’expositions et a écrit beaucoup d’articles sur l’Antiquité, et notamment sur ses héros et ses dieux[2]. Il a d’ailleurs créée un blog de vulgarisation sur la mythologie grecque[3] dans lequel il fait beaucoup de parallèles entre les héros du monde antique et ceux de notre temps. Rien d’étonnant alors à ce qu’il écrive un livre jeunesse dont le lieu principal est le musée des Beaux-Arts de Lille et dont l’intrigue prend comme point de départ des vases grecs représentant le célèbre héros antique Héraclès.

Continuer la lecture de Le vol du vase d’Héraclès

Au cœur des Amazones

Rossi (C.), Bindi (G.), Le cœur des Amazones. – Paris : Casterman, 2017. – 160p. – ISBN : 978-2-203-09376-8

Crédit image. Première de couverture – édition Casterma

 

Les Amazones sont un peuple qui a toujours fasciné les artistes et les romanciers, toutes époques confondues. La figure de la guerrière intrépide et farouche, opposante aux activités traditionnellement assignées aux femmes et rejetant tout individu de sexe masculin, a été mainte fois reprise dans l’iconographie, dans la littérature, mais également sur des supports plus modernes comme le cinéma ou la bande dessinée où Wonder-Woman, héroïne par excellence, n’est qu’une descendante des Amazones. Le cœur des Amazones est une de ces bandes dessinées qui évoquent ce peuple de guerrières sauvages.

 

            Nous sommes en pleine guerre de Troie. Grecs et Troyens s’affrontent depuis l’enlèvement de la belle Hélène, femme du roi de Sparte Ménélas, par le Troyen Pâris. Non loin du champ de bataille, en plein cœur d’une forêt sauvage, vit une tribu composée exclusivement de femmes. Ce sont de farouches guerrières qui ont refusé la compagnie des hommes et préféré vivre une vie sauvage et libre, plutôt que civilisée et soumise. Chaque année, ces femmes organisent la fête des fleurs célébrant l’amour et l’énergie qui repart, une cérémonie qui permet à chacune de s’accoupler avec plusieurs hommes qu’elles ont fait prisonniers pour permettre la reproduction de la cité. Penthésilée, la reine des Amazones, a seize ans et n’a toujours pas trouvé de prince pour s’accoupler et perpétuer la lignée royale. C’est alors qu’une rumeur pointe son nez : Achille, un demi-dieu et chef guerrier aurait son campement à quelques mètres à peine de la forêt et pourrait constituer la proie idéale pour la reine. Cette rumeur met le feu aux poudres. Va alors commencer un jeu de cache cache entre les guerriers grecs qui cherchent les Amazones dans la forêt et les Amazones qui tentent de capturer Achille.

            Au coeur des Amazones revient sur deux légendes importantes de la mythologie grecque : les Amazones et la guerre de Troie.

            La bande dessinée fait des Amazones une tribu de femmes libres et indépendantes, fuyant les hommes qui, deux générations plus tôt, les faisaient vivre soumises. Pour leur échapper, elles s’en sont remises à Artémis qui leur donna des armes, désigna leur prêtresse et leur reine et leur permit de massacrer hommes et garçons. Depuis, elles vivent dans une forêt profonde qui les protège des étrangers, font des esclaves physiques et sexuels parmi les hommes qu’elles font prisonniers et vivent en chasseresses. Interdiction leur est faite de tomber amoureuse d’un homme, l’amour mettrait en péril leur cité libre.

            Cette vision des Amazones est courante. Déjà Hérodote faisait état de femmes guerrières scythes qui prirent les armes pour défendre la Cappadoce contre les Égyptiens en 2000 avant J.-C.[1] Strabon lui-même racontait que les Amazones vivaient en communauté, qu’elles abandonnaient leurs enfants mâles et qu’elles s’unissaient une fois par an avec les hommes des cités voisines pour assurer leur descendance[2]. Les attributs des Amazones sont bien représentés dans la bande dessinée de Christian Rossi et Géraldine Bindi puisqu’elles sont toujours armées d’un arc, d’un carquois et de lances. Alors que dans l’art grec, les Amazones sont souvent représentées comme Artémis, leur déesse protectrice, vêtues de tuniques courtes leur laissant parfois voir un sein. Au contraire, Au cœur des Amazones les montre à moitié dévêtues, avec des parures de bois et de plumes sur la tête et des peintures de guerre, seulement vêtues de ceintures – qui pourraient faire référence à la fameuse ceinture des Amazones, celle qu’Héraclès doit ravir à leur reine Hippolyte.

            La reine des Amazones, Penthésilée, qui apparaît dans la bande dessinée de Christian Rossi et Géraldine Bindi, est célèbre dans les mythes de la guerre de Troie, notamment parce qu’elle a combattu contre Achille. Toutefois mythologie et bande dessinée s’opposent. Alors que dans Au cœur des Amazones, Penthésilée et Achille tombent amoureux et s’unissent, la mythologie grecque présente Penthésilée comme une exilée de son peuple pour avoir tué accidentellement Hippolyté, la précédente femme de Thésée, alors qu’elles combattaient côte à côte lors des noces de Thésée et de Phèdre. Priam la purifie et pour le remercier la reine lui apporte son soutien, aidée de douze de ses farouches guerrières. Un combat s’engage entre Achille et Penthésilée. Ce dernier la tue, mais tombe amoureux de son dernier regard[3].

            Le cœur des Amazones permet également de revenir sur certains événements de la guerre de Troie. Ainsi, est évoqué la brouille entre Achille et Agamemnon à propos de l’esclave Briséis qu’Achille a dû remettre à Agamemnon. Achille refuse alors de retourner au combat. C’est ce moment qui est choisi comme ouverture de la bande dessinée. Sont également évoqués les prophéties de Cassandre prédisant la fin de Troie mais que personne ne croit, ou encore le sacrifice d’Iphigénie par Agamemnon dans le but d’avoir des vents favorables pour se rendre à Troie. Mais c’est surtout la légende d’Achille qui est reprise dans Le cœur des Amazones. Achille est le fils de Pélée et de Thétis, une Néréide. Cette dernière le plonge dans le Styx, l’un des fleuves des Enfers, pour que son corps devienne invulnérable. Éduqué par le centaure Chiron, il doit choisir, à un moment de sa vie, entre une vie courte et glorieuse et une existence longue et anonyme. Il rejoint l’expédition de Troie avec son ami de toujours Patrocle. Lors de la dixième année de conflit – dans la bande dessinée c’est la septième année – il refuse le combat à cause d’une querelle avec Agamemnon. Patrocle se déguise en son ami et se fait tuer par Hector. C’est sa mort qui pousse Achille à reprendre les armes et à tuer ce dernier. Il trouve lui-même la mort à cause d’une flèche qu’on lui tire dans le talon, seule partie de son corps restée vulnérable.

            Outre les péripéties de la guerre de Troie, Au cœur des Amazones permet de revenir sur des éléments essentiels de la vie quotidienne en Grèce ancienne. Nous avons un bel aperçu des vêtements et des armes portés par les soldats grecs, ainsi que des formations utilisées par ces mêmes soldats pour se protéger derrière leurs boucliers. Sont détaillés également certains rituels comme la cérémonie funéraire avec le corps du mort qui est lavé et préparé et les pleureuses qui se lamente de la mort, le bûcher funéraire, les oracles qui sont énoncés après l’inhalation de fumée hallucinogène et permettent de connaître l’avenir ou encore les rites d’initiation pour devenir un jeune guerrier – ici une jeune guerrière – lorsque l’enfant part seul dans la forêt. Par ailleurs, certains personnages de la mythologie grecque font également leur apparition dans la bande dessinée, comme les Erinyes, les divinités persécutrices et vengeresses, qui possèdent des ailes et des serpents pour cheveux et dont le rôle est de poursuivre les héros ou héroïnes qui ont commis un crime ou encore le centaure Chiron, précepteur de grands héros comme Achille.

 

            Au cœur des Amazones débute sur une illustration en noir et blanc qui nous rappelle les vases grecs : deux guerriers combattent, nus, avec une lance, un bouclier et un casque. Ensuite, Christian Rossi utilise, tout au long de l’album, un encrage léger, coloré au brou de noix qui atteste un important travail de recherche sur les vêtements, l’équipement guerrier, les ustensiles de la vie quotidienne en Grèce ancienne. Les paysages tout comme la cité de Troie sont superbes, de même que les corps humains que le dessinateur a représenté de manière très réaliste. Avec au scénario Géraldine Bindi, passionnée de psychologie, d’inconscient et de sensualité, les deux auteurs réalisent une bande dessinée magnifique dont la problématique principale n’est ni la mythologie ni la guerre de Troie, mais plutôt un débat entre tradition et modernité. En effet, à la fin du Cœur des Amazones, le peuple des Amazones se scinde en deux : d’un côté celles qui voudraient que tout reste comme avant, qu’elles restent entre femmes et ne se mélangent pas au sexe opposé et continuent de sacrifier leurs enfants mâles ; de l’autre celles qui souhaiteraient vivre avec les hommes et refusent de sacrifier d’autres enfants. Le monde des hommes – la guerre de Troie – et le monde des femmes – la cité des Amazones – séparés au début de l’album, se mélangent et deviennent un seul et même monde à la fin. Les auteurs évoquent une dualité incarnée par Achille, le héros grec par excellence, beau, valeureux, champion d’une morale orgueilleuse, et la reine Penthésilée, belle et farouche, indépendante mais qui tombe quand même amoureuse. À travers une multitude de personnages, Isia la jeune amazone qui tombe amoureuse d’un page, Astérie la meilleure des guerrières qui a été obligée de tuer son amant, Protoé, la prêtresse qui fait plus confiance à la magie des plantes qu’aux prières à Artémis, Olgane, sa sœur, elle aussi prêtresse mais qui a foi dans les plans de la déesse, les deux auteurs montrent le combat entre tradition et modernité. Finalement, la reine des Amazones, Penthésilée, va tomber amoureuse d’Achille et entraîner la perte de sa cité traditionnelle. Certaines guerrières quittent la cité, à la suite de leur reine et de Protoé pour aller construire une cité plus juste et mixte en Cappadoce – là où Hérodote fait état de la présence des Amazones[4] – tandis que les autres apprennent à recréer une société différente en recueillant les guerriers de la guerre de Troie qui vient de se terminer. Tandis que Troie, le monde des hommes, est en ruine, la cité des Amazones, la société des femmes, s’est divisée et se transforme.

 Emilie Druilhe

[1]    Hérodote, Histoires, IV, 110-117.

[2]    Strabon, Géographie, XI, 5, 1.

[3]    Apollodore, Épitome, IV, 7 ; V, 1 et Diodore de Sicile, Bibliohèque historique, II, 46.

[4]    Hérodote, Histoires, IV, 110-117.

Continuer la lecture de Au cœur des Amazones

Le vol du vase d’Héraclès

Ballaguy (C.), Le vol du vase d’Héraclès. – Bouvignies : Les éditions Nord Avril, 2017. – 85 p. – 978.2.3679.0078.0.

Le vol du vase d’Héraclès est le premier ouvrage de Cyrille Ballaguy. En tant que muséologue, ce dernier possède une vaste connaissance des musées mais également de l’Antiquité, sa thèse ayant eu comme sujet les œuvres d’art de la mythologie classique dans les musées du Nord-Pas de Calais[1]. Il est souvent amené à faire de nombreux comptes rendus d’expositions et a écrit beaucoup d’articles sur l’Antiquité, et notamment sur ses héros et ses dieux[2]. Il a d’ailleurs créée un blog de vulgarisation sur la mythologie grecque[3] dans lequel il fait beaucoup de parallèles entre les héros du monde antique et ceux de notre temps. Rien d’étonnant alors à ce qu’il écrive un livre jeunesse dont le lieu principal est le musée des Beaux-Arts de Lille et dont l’intrigue prend comme point de départ des vases grecs représentant le célèbre héros antique Héraclès.

Continuer la lecture de Le vol du vase d’Héraclès

Dieux. 40 dieux et héros grecs

Baussier (S.), Almasty, Dieux. 40 dieux et héros grecs. – Paris : Gallimard Jeunesse, 2017. – 96 p. – (Bam !). – ISBN : 978.2070603855.

La collection documentaire « Bam ! » des éditions Gallimard jeunesse permet de traiter de sujets divers, des thèmes issus aussi bien de la culture pop comme la musique – rock, pop ou black music[1] – ou le foot[2], que de l’histoire générale, tels les rois ou les artisans de la paix[3]. Parmi cette dernière catégorie, Dieux. 40 dieux et héros grecs aborde les différents dieux, déesses, héros et héroïnes de la mythologie grecque antique. Sylvie Baussier qui l’a rédigé est l’auteure de nombreux ouvrages documentaires pour la jeunesse, dont beaucoup traitent de la mythologie grecque[4].

Continuer la lecture de Dieux. 40 dieux et héros grecs