Tous les articles par admin

Les splendeurs de Rome !

Date / lieu : 14-15 juillet 2018 / Samara, Parc naturel et archéologique de Samara

L’oppidum « Le Camp César » est un site historique situé sur les hauteurs de Samara. À l’époque romaine il pouvait accueillir plusieurs milliers d’hommes avec leurs bagages et troupeaux. Il y a 2000 ans, un camp tactique s’est construit. Samara et des troupes venues de toute l’Europe restituent ce camp de campagne. Vous découvrez les savoir-faire militaires, l’armement, les manœuvres, l’artillerie, l’ingénierie romaine, la cavalerie et la gladiature !

→  Source : http://www.samara.fr/juillet.html

AUREUS. Le Pouvoir de l’or

Date / lieu : 12-14 novembre 2018 / Orléans, Centre International Universitaire pour la Recherche

Date limite d’envoi : 15 septembre 2018

Le colloque « AUREUS. Le Pouvoir de l’or » vise à comprendre les usages économiques, politiques, sociaux et culturels de l’or monnayé en Occident, de l’époque hellénistique à l’année des quatre empereurs. « AUREUS » est le colloque de clôture du projet de recherche éponyme, dont l’objectif était l’étude du premier monnayage d’or unitaire de l’Europe occidentale : le monnayage d’or romain, aboutissement d’une tradition pluriséculaire. Ce programme a permis l’analyse physico-chimique de près de 1000 monnaies des principaux monnayages d’or occidentaux (Afrique, Grèce, Italie, Monde celtique, Espagne) et de bijoux des collections patrimoniales françaises. Les résultats seront présentés lors du colloque et une attention spéciale sera portée à la mobilisation des stocks d’or, aux phénomènes de transferts et à la circulation de l’or. Mais ce colloque a également pour ambition d’éclairer de manière pluridisciplinaire les enjeux et les problèmes relatifs à l’or, monnayé ou non, en Europe occidentale au moment de l’avènement de l’Empire romain : ainsi seront abordés le rôle de l’or dans les dépenses de guerre ; les aspects culturels et symboliques de l’or; sa réception et son imaginaire ; son rôle rituel et économique dans les espaces concernés. A l’occasion de ce colloque, la question des différents monnayages d’or occidentaux et de leur remplacement progressif par les monnaies d’or romaines sera l’objet d’une approche large et globale qui a fait défaut jusqu’ici.
→ Source : Sophau.

Dis Manibus. Tombes sous la loupe

Date / lieu : du 23 juin 2018 au 17 mars 2019 / Ath, Espace gallo-romain

L’Espace gallo-romain, en partenariat avec l’Agence wallonne du Patrimoine, vous convie à un voyage dans le temps, à la découverte des croyances et des rites funéraires antiques. Ces dernières décennies, grâce aux recherches menées par de nombreux érudits, notre région a révélé de multiples sépultures d’époque romaine qui témoignent du vécu des populations d’alors. Plus récemment, les fouilles préventives ont élargi notre vision et c’est en 2014, préalablement à de nouvelles implantations, que la zone d’activité économique de Ghislenghien a révélé deux sépultures aristocratiques du début du Ier siècle après J.-C. Cette découverte exceptionnelle vous sera présentée et expliquée grâce à une mise en scène qui vous mènera de la maison du défunt vers le bûcher puis la nécropole.

→ Source : www.ath.be

Atelier « Les dieux d’Homère III – EURYOPA » : Embrasser du regard les épithètes divines et leur circulation

Date / lieu : 10-11 septembre 2018 / Banyuls-sur-Mer, Observatoire océanologique

Dans le cadre du projet ERC « Mapping Ancient Polytheisms. Cult Epithets as an Interface between Religious Systems and Human Agency » (Advanced Grand 741182), le troisième Atelier homérique1 portera sur l’usage, la portée, le rôle des épithètes homériques qualifiant les divinités dans l’Iliade et dans l’Odyssée, ainsi que dans la poésie hésiodique et dans les Hymnes pseudo-homériques, en englobant la dimension de leur circulation et réception tout au long de l’Antiquité grecque et romaine. Dans l’esprit du projet MAP, on partira du principe que les épithètes divines constituent un langage et peuvent faire système au sein de la poésie épique et au-delà, tout en répondant conjointement à des exigences ponctuelles (métrique, dimension orale et formulaire, tradition, etc.). L’objectif global de la réunion est de faire ressortir : la complexité et polysémie de cet outil ; la multiplicité des enjeux qui y sont liés ; sa fécondité dans la longue durée. Ce sera aussi l’occasion d’interroger les contours mêmes de la notion traditionnelle d’« épithètes » qui renvoie à des « qualifications » prenant diverses formes grammaticales (adjectifs, appositions, phrases nominales ou verbales…).

Télécharger l’argumentaire complet.

Télécharger le programme.

→ Source : Anhima.

Ars et commentarius

Date / lieu : 5-7 juin 2019 / Paris

Date limite d’envoi : 30 septembre 2018

En plus de la tradition proprement fragmentaire, notre connaissance de la grammaire latine antique dépend de plusieurs sources : les manuels scolaires (artes), les glossaires et les commentaires aux auteurs littéraires. La grammaire des commentaires, mêlée à d’autres notes de toutes sortes, forme un champ d’étude encore largement sous-exploité, sans doute en raison de son caractère épars et difficile à synthétiser : il s’agit d’un savoir diffracté, morcelé, et qui, loin de s’organiser de façon méthodique, n’a de justification que dans des explications ad locum ; c’est en particulier le cas pour Servius, qui sera l’objet du présent colloque. Il n’existe quasiment aucune étude sur la question. Si l’on excepte les travaux inspirés de la Quellenforschung (notamment H. Kirchner 1876 et 1883), on peut citer la thèse de R.J. Bober (1971, un classement sans analyse), les travaux de R. Kaster (1978, 1980, entre autres) et d’A. Uhl (1998) sur les méthodes de Servius et leurs bases intellectuelles, mais rien en ce qui concerne le contenu linguistique proprement dit. L’objectif de cette rencontre sera donc d’étudier les scolies grammaticales dans le commentaire de Servius à Virgile, en mettant en valeur ce qui peut constituer l’ars commentarii dans ses grandes lignes linguistiques : catégories, morphologie, syntaxe, concepts – en soi et dans son rapport aux artes grammaticae conservées.

→ Source : Compitum.