Tous les articles par admin

Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Date. Mercredi 23 janvier 2019 à 18h30

Lieu. BNF (Entrée EST (face au MK2), salle 70 – site François-Mitterrand, avenue de France, 75013 Paris

Agrippine la Jeune, BnF-département des Monnaies, médailles et antiques, camée.280

Intervention de Virgine Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine)

Son nom est méconnu du grand public pourtant elle a œuvré toute sa vie dans l’ombre pour mener Néron au pouvoir. Son fils est passé à la postérité comme l’archétype du tyran mégalomane. Avant qu’il ne se rebelle contre elle jusqu’au matricide, Agrippine a dirigé Rome depuis les coulisses du palais impérial comme aucune autre femme ne l’a fait pendant l’Empire romain.

Source. BNF

l’aquitaine a l’époque gallo-romaine

Date. Mercredis 16 janvier, 27 février, 10 avril et 5 juin 2019 à 14h30

Lieu. Musée d’Aquitaine – Bordeaux

Chaque semaine, venez découvrir une section du musée avec un conservateur ou un médiateur. De la Préhistoire à nos jours, le musée d’Aquitaine retrace plus de 600 000 ans d’histoire de nos civilisations. Sans réservations, visite incluse dans le prix du billet d’entrée au musée. 

Source. Musée d’Aquitaine

Monnaies de celtes – CARBONE 14 – france culture

L’art antique, en Europe, se limiterait-il, à Rome et à la Grèce ?  Assurément pas, puisque des arts, longtemps jugés « non classiques » et barbares, ont aussi émergés, notamment chez les celtes, les Scythes voire les Ibères.

Chez les celtes, une des principales contributions à cet art s’avère, sans nul doute être la monnaie… Ainsi, le monnayage gaulois est une minuscule œuvre d’art…

A la lumière des dernières découvertes et problématiques, un jeune chercheur, Eneko Hiriart, nous raconte l’histoire de ces monnaies, de leur fabrication, jusqu’à leur perte ou enfouissement…

Source. France culture

« Sappho, erôs et le genre : relations poétiques avec les divinités et avec les mortel(l)es »

Date. Samedi 26 janvier 2019 de 9h00 à 13h00

Lieu. Centre AnHiMA, 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris – salle Fabri de Peiresc

En tête de l’édition ancienne des poèmes de Sappho, on trouve deux chants adressés à Aphrodite: invitations rituelles à la déesse du désir amoureux à intervenir ici et maintenant. Cependant les fragments de publication récente mettent en scène des relations cultuelles non seulement avec Cypris, mais aussi avec Héra. On proposera donc une interrogation sur les formes d’une poésie érotique qui, par une diction formulaire, traverse les catégories de genre tout en bousculant l’opposition que nous, modernes, traçons entre hétéro-et homosexualité: des formes de poésie mélique qui, chantées par des femmes ou par des hommes dans des performances ritualisées souvent chorales, tissent des relations amoureuses dépendant d’une anthropologie culturellement marquée; des formes poétiques qui font appel à l’appui de différentes divinités, en un régime polythéiste qui, variant de cité à cité, oriente les relations sociales et politiques; des formes de poésie pratique qui exigent une perspective critique, croisant,dans une approche sensible aux relations genrées,analyse des discours,histoire institutionnelle, histoire des religions et anthropologie culturelle et sociale.

Programmation.

Accueil et introduction. Claude CALAME &Sandra BOEHRINGER:«Nouveaux moments dans la tradition des poèmes de Sappho: 2004 et 2014»

9h30 Claude CALAME(EHESS): «Sappho au début du XXIe siècle: genre et poésie érotique dans les nouveaux fragments»

10h Michel BRIAND(Université de Poitiers): «Synesthésie érotique et rituelle dans la poésie de Sappho»

10h30 Pause

10h45 Gabriella PIRONTI(EPHE):«Entre l’Olympe et Lesbos: les enjeux polythéistes de la « nouvelle » Sappho»

11h15 Nikolina KEI(EHESS):«Vers de Sappho, images de banquet»

11h45 Sandra BOEHRINGER(Université de Strasbourg):«L’erôs des poètes chez Platon:Sappho forever»

12h15Discussion collective et conclusion.

Source. ANHIMA