Tous les articles par Pierre Sauzeau

La promesse d’Hector

Kemp (P.), La promesse d’Hector. – Paris : Les Belles Lettres, 2018. – 130 p. – (Hors collection) – ISBN : 978.2.251.44805.3.

Crédit image. Les Belles Lettres

 

Ce petit essai témoigne comme celui de Sylvain Tesson de l’actualité d’Homère, mais d’une façon toute différente. Du reste l’auteur est un personnage singulier, né à Beyrouth d’un père britannique et d’une mère libanaise. Se plaisant à passer pour un espion, il écrit en français des romans d’espionnage de qualité.

            Le locuteur est fictif : il s’agit d’un militaire qu’une blessure a écarté des champs de bataille contemporains, et qui écrit pour son fils une méditation sur l’évolution actuelle de la guerre et sur les crises de la morale militaire et de l’héroïsme qui en sont les conséquences.

Continuer la lecture de La promesse d’Hector

Un été avec Homère

Tesson (S.), Un été avec Homère. – Paris : Équateurs/France Inter, 2018. – (Parallèles). – 253 p. – ISBN : 978.2.8499.0550.0.

Pierre Judet de la Combe le constatait récemment dans une tribune du journal Le Monde[1] : Homère est présent partout, il est à la mode, alors même que les lecteurs capables de comprendre la langue grecque ancienne, et celle des poèmes homériques en particulier, n’ont jamais été très nombreux, et se font de plus en plus rares.

Pour être plus précis, nous dirons que les traductions d’Homère se vendent bien, que les commentaires sur ces traductions se multiplient, et que des créateurs s’en inspirent pour leurs romans, leurs pièces de théâtre, leurs films ou séries télévisées.

Continuer la lecture de Un été avec Homère

Ulysse, son identité à travers les femmes

Papavassilopoulou (E.), Ulysse, son identité à travers les femmes. – Paris : Éditions du Panthéon, 2018. – 74 p. – (Essai). ISBN : 978.2.7547.3964.1.

Le petit essai de Mme Papavassilopoulou relève-t-il de la philologie ? Il semble bien que la réponse soit carrément négative. L’auteure se présente comme psychiatre des hôpitaux et psychanalyste ; elle se réfère à Freud, à Lacan, et à des philosophes, Aristote et Platon, mais aussi Heidegger. Quel est son propos ? « Ulysse se réalise par les femmes et pour les femmes dans sa légende du voyageur. Hélène, Pénélope, Nausicaa, Calypso, Circé forment son identité. (…) Le désir d’Ithaque n’est que l’alibi, c’est le voyage qui donne du sens à son existence. » (p. 11). Ces idées ne sont pas vraiment nouvelles, ni révolutionnaires. L’importance des personnages féminins dans l’Odyssée est si remarquable qu’elle a suscité une théorie fameuse : l’auteur(e) – ou autrice ? – de l’Odyssée serait une femme, peut-être Nausikaa[1] !

Continuer la lecture de Ulysse, son identité à travers les femmes

Le roman d’Ulysse

Bertière (S.), Le roman d’Ulysse. – Paris : Éditions de Fallois, 2017. – 253 p. – ISBN : 978.2.8770.6986.1.

Pietro Pucci écrivait : « Des lecteurs de l’Odyssée, on attend qu’ils possèdent les mêmes capacités intellectuelles que le Poète et son héros ; autrement, ils liront ce texte d’une complexité et d’une subtilité stupéfiantes comme de simples contes pour de grands enfants[1]. » L’attente de Pucci était sans doute un peu trop haute. Pourtant, Ulysse et l’Odyssée sont à la mode. Deux mille sept cents ans environ après la création, c’est un record. Les Anciens cependant préféraient l’Iliade. Simone Bertière résume le sentiment de nos contemporains : « J’admire l’Iliade, j’aime l’Odyssée » (p. 243). Son ouvrage ne relève pas de la recherche universitaire : c’est une sorte de déclaration d’amour malicieuse à la culture grecque, et surtout au personnage d’Ulysse. C’est pourquoi la tâche du recenseur sort des usages académiques : il devra surveiller le philologue grognon qui est en lui et ne dort que d’un œil, sursautant quand il lit dans une note que le nom de la reine Arētē signifie « vertu » (aretē) : il signifie en réalité « souhaitée dans les prières, priée ».

Continuer la lecture de Le roman d’Ulysse

Valorisation : fictions antiques « B. comme Homère : l’invention de Victor B. » de Sophie Rabau

Rabau (S.), B. comme Homère : l’invention de Victor B. – Toulouse : Éditions Anacharsis, 2016. – 251 p. – ISBN : 979.10.92011.34.0.

b-comme-homere

Les études homériques sont vivantes, souvent passionnantes, mais, il faut le reconnaître honnêtement, elles sont rarement amusantes (à moins qu’on ne rie sous cape aux dépens de l’auteur…). C’est pourquoi il convient de saluer le livre de Sophie Rabau, né de ses lectures très créatives de l’œuvre de Victor Bérard.

Continuer la lecture de Valorisation : fictions antiques « B. comme Homère : l’invention de Victor B. » de Sophie Rabau