Archives de catégorie : Exposition

Maternité et petite enfance en Gaule romaine

 

Plus que quelques jours pour aller voir cette exposition !

Lieu. Musée d’Art et d’Archéologie – Senlis (Oise)

Date. Jusqu’au 16 septembre 2018

La femme et l’enfant sont parmi les grands inconnus de l’histoire de l’Antiquité. Il y a 2000 ans, être enceinte n’était pas seulement une réalité biologique, c’était aussi une nécessité sociale et civique. Le fils tant attendu allait perpétuer le nom du père, la fille, se préparer au mariage et à la procréation.
Mais avant d’entrer dans la vraie vie, l’enfant et sa mère avaient recours aux divinités, croyances et magie afin que la grossesse et l’accouchement se passent pour le mieux et que le bébé survive.

L’exposition fait entrer le visiteur dans l’intimité de la famille romaine des quatre premiers siècles de notre ère, de la naissance aux premiers pas des enfants.

Source. musenor

Parlez-vous graffiti ?

Date. Du 9 juin au 16 septembre 2018

Lieu. Oppidum d’Ensérure ( Hérault)

La plus riche collection de graffitis antiques du Midi de la France exposée au musée d’Ensérune !

Des motifs variés inspirés de la vie quotidienne gauloise gravés sur  céramiques, blocs de calcaire ou sur des enduits peints…

Organisée en collaboration avec le CNRS et grâce à de nombreux prêts de musées partenaires, cette exposition présente les dernières nouveautés sur le sujet afin de décrypter les aspects de ce phénomène : échanges, apprentissage, figurations symboliques (animalières, humaines ou marines), expressions murales ou religieuses.

  -> Source.  Enserune

Dis Manibus. Tombes sous la loupe

Date / lieu : du 23 juin 2018 au 17 mars 2019 / Ath, Espace gallo-romain

L’Espace gallo-romain, en partenariat avec l’Agence wallonne du Patrimoine, vous convie à un voyage dans le temps, à la découverte des croyances et des rites funéraires antiques. Ces dernières décennies, grâce aux recherches menées par de nombreux érudits, notre région a révélé de multiples sépultures d’époque romaine qui témoignent du vécu des populations d’alors. Plus récemment, les fouilles préventives ont élargi notre vision et c’est en 2014, préalablement à de nouvelles implantations, que la zone d’activité économique de Ghislenghien a révélé deux sépultures aristocratiques du début du Ier siècle après J.-C. Cette découverte exceptionnelle vous sera présentée et expliquée grâce à une mise en scène qui vous mènera de la maison du défunt vers le bûcher puis la nécropole.

→ Source : www.ath.be

Habiter en Aquitaine dans l’Antiquité

Date / lieu : du 3 juillet au 21 décembre 2018 / Pessac, Archéopôle

Cette exposition itinérante présente les résultats d’un projet de recherche pluridisciplinaire, consacré à l’habitat en Aquitaine méridionale (entre Garonne et Pyrénées) dans l’Antiquité. Porté par Catherine Petit-Aupert (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius), le programme a fédéré des historiens et des archéologues – dont de nombreux bénévoles –, et impliqué plusieurs institutions : CNRS, Ministère de la Culture, Collège de France, Universités de Pau et des Pays de l’Adour ; de Toulouse Jean Jaurès ; de Rennes 2 ; de Paris I Panthéon Sorbonne et de Bretagne Occidentale, ainsi que des opérateurs d’archéologie préventive publics (Inrap ; Centre archéologie préventive, Bordeaux Métropole) et privé (HADES). Il a bénéficié principalement d’un financement de la Région Nouvelle-Aquitaine.

→ Source : Ausonius.

L’empreinte de Rome, le littoral breton pendant l’Antiquité

Date / lieu : du 12 juin au 3 novembre 2018 / Douarnenez, Port-musée

Notre territoire a-t-il joué un rôle éminent il y a 2000 ans ?

Longtemps perçue comme une région peu romanisée, la péninsule armoricaine dévoile aujourd’hui aux scientifiques un tout autre visage : cette pointe avancée de la province lyonnaise a connu une intégration complète à l’Empire romain.

L’occupation de son littoral, manifestement pourvoyeur de richesses, intégré à de vastes réseaux d’échanges, constitue une vraie singularité. Organisée depuis des chefs-lieux, parsemée de ports et de stations littorales, sa côte voit s’édifier de puissants bâtiments, à la fois structures de production, de domination et de profit. Usines de transformation des produits de la pêche, villas maritimes et forts militaires émergent sous le contrôle d’une élite sociale puissante, à l’image du plus ancien Douarneniste connu, Caius Varenius Varus, dont le nom figure sur une dédicace à Neptune.

À la faveur de cette exposition, le Port-musée questionne l’héritage latin insoupçonné d’une région revendiquant sa celticité.

→ Source : https://bretagnemusees.bzh/evenement/lempreinte-de-rome/

Crédits image : © Alain Amet – musée de Bretagne – licence d’utilisation CC-BY-SA