Archives de catégorie : Exposition

Exposition – Des chiffres ou des lettres

DES CHIFFRES OU DES LETTRES
Compter, calculer, mesurer à l’époque romaine

Date. Du 24 mars 2018  au 24 février 2019

Lieu. Musée Romain Vallon (Suisse)

La nouvelle exposition temporaire du Musée romain de Vallon se penche sur les chiffres romains que nous savons écrits comme des lettres majuscules de l’alphabet latin. Mais sommes-nous encore capables de les lire correctement ?

Pour les montrer sous toutes leurs coutures, la nouvelle exposition du Musée romain de Vallon a choisi trois thèmes majeurs qu’elle décline à l’aide d’objets fribourgeois et de prêts remarquables tels la date d’Aventicum (VD), les « semainiers » d’Augusta Raurica (BL) et de Gorgier (NE), les mesures pliantes, notamment de Vindonissa (AG), la table de mesures étalon de la Colonia Iulia Equestris (VD) et on en passe.
La section intitulée « Calculer le temps » explique la subdivision en heures, jours, semaines, mois et années grâce à un cadran solaire, à deux objets représentant les divinités planétaires romaines de la semaine, à une date qui mentionne le jour de la semaine et du mois (mardi 2 avril), ainsi qu’à un petit choix d’inscriptions funéraires évoquant le nombre d’années vécues par les trépassés.

« Mesurer et peser » regroupe divers instruments de mesure : balances romaines (staterae) et contrepoids, mesures pliantes (regulae), équerre (norma) et compas (circinus).

Le système monétaire romain et la valeur de certains objets sont abordés dans la section « Compter l’argent ».

La dernière salle de l’étage se présente comme un « Cabinet de curiosités » où l’on a réuni pêle-mêle quelques brefs compléments d’information en relation avec les thèmes présentés.

Source. Musée romain Vallon

Visite du Musée de la Romanité de Nîmes

Tout proche de l’amphithéâtre de Nîmes, ce géant elliptique que nombreux surnomment les arènes[1], s’élève désormais le Musée de la Romanité, inauguré le samedi 2 juin 2018. Œuvre de l’architecte Elizabeth de Portzamparc, cet édifice imposant, tant par sa taille que par sa forme quadrangulaire qui contraste avec la courbure du monument antique, accueille les collections de l’ancien Musée archéologique. Manquait en effet à la ville un bâtiment entièrement dédié à la mise en valeur de son riche patrimoine antique, à l’image de celui d’Arles ou de Saint-Romain-en-Gal.

Continuer la lecture de Visite du Musée de la Romanité de Nîmes

L’archéologie en bulles

Date. Du mercredi 26 septembre 2018 au 1er juillet 2019

Lieu. la petite galerie – Musée du Louvre

À  partir  du  26  septembre  2018,  la  Petite  Galerie  —  l’espace d’éducation artistique et culturelle du musée — , propose à son public une exposition qui fait dialoguer l’archéologie et la bande dessinée, art invité pour cette quatrième édition. Une centaine d’œuvres, une sélection de planches d’auteurs inspirés par l’archéologie (comme Jul, Enki Bilal, Nicolas de Crécy…) permettront au public de se glisser dans les pas des curieux, amateurs et archéologues, de découvrir fortuitement des «trésors», d’exhumer des objets enfouis à différentes époques, de les classer puis d’essayer de les interpréter.

Continuer la lecture de L’archéologie en bulles

Exposition: Orient en Occident. Escales à travers la Méditerranée

Date. Du 26 septembre 2018 au 28 février 2019 

Lieu. Université Paul Valéry – Montpellier 3

Orient en Occident. Escales à travers la Méditerranée présente les influences artistiques et leurs adaptations dans l’ensemble du bassin méditerranéen, depuis Chypre jusqu’à la péninsule Ibérique du VIIe au IIIe siècle av. J.-C. Suivant une ligne directrice à la fois géographique et stylistique, sont mises en évidence, à partir d’œuvres originales et de moulages, les particularités artistiques des productions chypriotes, puniques, ibériques et gauloises, dans le but de montrer la Méditerranée comme un laboratoire de recherches, de créations et d’identités. La muséographie insiste sur ces regards croisés techniques, typologiques et iconographiques en Méditerranée. Ainsi, Chypre, carrefour « au milieu de la mer du Couchant », se situe au cœur d’un intense réseau d’échanges phéniciens et grecs. Carthage, « fille de Tyr », illustrée par les masques grimaçants, les protomés de femmes et les stèles du Tophet, devient un puissant foyer à partir duquel rayonnent les arts en Méditerranée occidentale. Les croisements artistiques et les représentations architecturales trouvent un écho à Marseille ou même à Ensérune. Autour du moulage de la Dame d’Elche, « non pas une Salammbô, mais une Carmen qu’aurait pu connaître Thémistocle », réalisé au début du XXe siècle par le sculpteur valencien J. Pinazo, des sculptures de dames ibériques richement parées dialoguent de manière troublante avec la sculpture de Chypre. Les animations numériques permettent d’expérimenter des approches innovantes sur les œuvres et les contextes historiques et artistiques.

Source. Université de Montpellier 3

Maternité et petite enfance en Gaule romaine

 

Plus que quelques jours pour aller voir cette exposition !

Lieu. Musée d’Art et d’Archéologie – Senlis (Oise)

Date. Jusqu’au 16 septembre 2018

La femme et l’enfant sont parmi les grands inconnus de l’histoire de l’Antiquité. Il y a 2000 ans, être enceinte n’était pas seulement une réalité biologique, c’était aussi une nécessité sociale et civique. Le fils tant attendu allait perpétuer le nom du père, la fille, se préparer au mariage et à la procréation.
Mais avant d’entrer dans la vraie vie, l’enfant et sa mère avaient recours aux divinités, croyances et magie afin que la grossesse et l’accouchement se passent pour le mieux et que le bébé survive.

L’exposition fait entrer le visiteur dans l’intimité de la famille romaine des quatre premiers siècles de notre ère, de la naissance aux premiers pas des enfants.

Source. musenor