Archives de catégorie : L’Antiquité pour tous

Un été avec Homère

Tesson (S.), Un été avec Homère. – Paris : Équateurs/France Inter, 2018. – (Parallèles). – 253 p. – ISBN : 978.2.8499.0550.0.

Pierre Judet de la Combe le constatait récemment dans une tribune du journal Le Monde[1] : Homère est présent partout, il est à la mode, alors même que les lecteurs capables de comprendre la langue grecque ancienne, et celle des poèmes homériques en particulier, n’ont jamais été très nombreux, et se font de plus en plus rares.

Pour être plus précis, nous dirons que les traductions d’Homère se vendent bien, que les commentaires sur ces traductions se multiplient, et que des créateurs s’en inspirent pour leurs romans, leurs pièces de théâtre, leurs films ou séries télévisées.

Continuer la lecture de Un été avec Homère

En terrasse avec Cicéron

Trémolet de Villers (J.), En terrasse avec Cicéron. – Paris : Les Belles Lettres, 2018. – 160 p. – ISBN : 978.2.251.44793.3.


Voici un petit livre original et inclassable. En effet, le lecteur qui voudrait le ranger dans une bibliothèque organisée par catégories aurait du mal à lui coller une étiquette.

Si l’on en croit la dernière phrase de la postface, intitulée « Invitation », qui clôt ce volume, Jacques Trémolet de Villers, avocat, écrivain, conférencier, enseignant à l’occasion, et, surtout, homme de grande culture, a souhaité lui donner « pour seule raison d’être […] d’inviter le lecteur à rencontrer Cicéron » (p. 158). Il pousse le zèle jusqu’à préciser (p. 154) : « Il y a plus de soixante volumes, texte latin et français, c’est aux « Belles Lettres », à Paris, 95, boulevard Raspail, dans le VIe arrondissement, au métro Rennes ». (Heureusement, pour les non-Parisiens, on peut aussi se les procurer en province !).

Continuer la lecture de En terrasse avec Cicéron

Les Grands Jeux Romains de Nîmes. Faire (re)vivre l’Antiquité

Vous trépignez d’excitation devant les virages serrés d’une course de char, puis, le sable à peine tassé, vous voici à hurler des encouragements et des malédictions aux paires de gladiateurs qui s’affrontent dans l’arène[1]. Non, vous n’êtes pas devant Ben-Hur, Spartacus ou le dernier album de la série Murena. Tout cela, c’est en « vrai », grandeur nature, sous un soleil qui n’a rien à envier à celui du Latium. Vous êtes à Nîmes (Colonia Augusta Nemausensis), vous êtes aux Grands Jeux Romains.

Continuer la lecture de Les Grands Jeux Romains de Nîmes. Faire (re)vivre l’Antiquité

Urbs. Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste

Grandazzi (A.), Urbs. Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste, Paris. – Paris : Perrin, 2017. – 768 p. : bibliogr., index, carte. – ISBN : 978.2.2620.2880.0.

Dans cet ouvrage, récompensé par le prix Chateaubriand[1], Alexandre Grandazzi, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, propose une histoire de la ville de Rome, depuis les premières fréquentations du site par des humains, à l’époque préhistorique, jusqu’à la mort d’Auguste, en 14 après J.-C. Suivant un plan strictement chronologique (vingt-deux chapitres répartis en trois parties : « Regnum : la ville royale », jusqu’en 509 av. J.-C. ; « Civitas : la ville libre », de 509 à 202 ; « Metropolis : la ville universelle » couvrant les deux derniers siècles avant notre ère), il fait le récit de la croissance d’une bourgade qui devient capitale du monde méditerranéen, jusqu’au moment où le premier empereur s’enorgueillit de la laisser en marbre après l’avoir trouvée en briques. Cette période, qui a laissé moins de monuments célèbres que l’époque impériale, est néanmoins décisive pour comprendre comment cette cité du Latium a fini par incarner la Ville par excellence. L’auteur cherche également à donner un autre regard sur l’histoire romaine, en montrant de quelle manière les grands événements et les structures politiques et sociales se traduisent matériellement dans l’espace urbain. Ainsi, écrit-il de manière évocatrice pour la période républicaine, « l’équivalent de ce qui serait pour un État moderne une constitution écrite, c’est précisément, pour Rome, cet agencement spatial et monumental de son hypercentre politique » (p. 301). L’histoire politique de Rome, ses institutions, sa puissance militaire, ses tensions internes se donnent à voir dans l’architecture et l’organisation de la Ville : telle est la thèse que défend Alexandre Grandazzi dans cet ouvrage.

Continuer la lecture de Urbs. Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste

Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie

Brisson (L.), Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie. – Paris, Les Éditions du Cerf, 2017, 298 p. – ISBN : 978.2.2041.0636.8.

Il faut savoir gré à Luc Brisson d’avoir rédigé pour un large public un ouvrage qui expose, parfois dans un ordre thématique, la philosophie de Platon dans son l’ensemble. Cette description de l’œuvre de Platon n’est jamais séparée des détails de la vie du grand philosophe athénien, pour autant qu’ils nous sont connus par des anciennes biographies.

Continuer la lecture de Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie