Archives par mot-clé : Aquitaine

Les inscriptions latines d’Aquitaine

Date / lieu : 20 juin 2018 / Pessac, Université Bordeaux Montaigne

Cette cinquième réunion d’épigraphie latine d’Aquitaine s’insère dans le programme de recherche Populations d’Aquitaine à l’époque gallo-romaine : réalité sociale et originalité culturelle, approches épigraphiques, soutenu par le Conseil régional de Nouvelle Aquitaine. Le but de ce programme est de répertorier et d’étudier les populations de la province d’Aquitaine sous le Haut-Empire romain (1-300) à partir de la documentation épigraphique connue (un peu plus de 2230 numéros), seule source, avec quelques rares textes littéraires, à donner, malgré bien des lacunes, les noms des habitants de l’Aquitaine antique.

→ Source : Compitum.

Actualités de la recherche archéologique en Aquitaine romaine

Date / lieu : 2 février 2018 / Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne

Date limite d’inscription : 1er décembre 2017

Cette nouvelle rencontre scientifique, sous forme de journée d’étude, a un double objectif : présenter l’actualité des recherches archéologiques sur le territoire de l’Aquitaine romaine et réunir tous les acteurs de l’archéologie nationale et régionale s’intéressant à ce thème de recherche. En premier lieu, le cœur de cette journée sera de présenter des données inédites, c’est-à-dire des découvertes récentes qui n’ont jamais été publiées auparavant, afin d’apporter une plus grande visibilité à l’archéologie régionale. Il s’agit de présenter des études de cas ou des synthèses, soit à l’échelle d’un site (pouvant ou non inclure une étude de mobilier par exemple), soit à l’échelle micro-régionale ou de la cité (par exemple, synthèse sur les sanctuaires, sur les échanges commerciaux etc.). Si la province de l’Aquitaine romaine est privilégiée, il est possible d’examiner des territoires limitrophes (Lyonnaise, Narbonnaise, Nord de l’Espagne) pour des études portant sur de vastes échelles. La chronologie est volontairement large, puisqu’elle couvre toute l’Antiquité romaine en Aquitaine, en intégrant les périodes de transition, c’est-à-dire du second Âge du Fer à l’Antiquité tardive. L’objectif est ainsi d’analyser les mutations et les évolutions sur le temps long.

Télécharger l’appel à communication complet

L’archéologie à grande vitesse : 50 sites fouillés entre Tours et Bordeaux

Date / lieu : du 27 juin au 4 mars 2018 / Bordeaux, Musée d’Aquitaine

Avec 302 kilomètres et plus de 3500 hectares d’emprise, le tracé de la Ligne à Grande Vitesse « L’Océane » a constitué pour les archéologues une opportunité exceptionnelle pour enrichir les connaissances sur l’occupation de ces territoires depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Les opérations de fouilles se sont déroulées de 2009 à 2013, sur deux régions, Centre et Nouvelle-Aquitaine, et six départements : Indre-et-Loire, Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime et Gironde.

Cette exposition fera prochainement l’objet d’un compte rendu sur notre carnet de recherche.

→ Source : Musée d’Aquitaine

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Actualités : exposition « Léo Drouyn et l’invention de l’archéologie monumentale »

Date / lieu : 17 octobre au 15 décembre 2016 / Bordeaux, Archéopôle d’Aquitaine

A l’occasion du bicentenaire de sa naissance, cette exposition rend hommage au pionnier de l’archéologie monumentale en Aquitaine que fut Léo Drouyn (1816-1896).

Le parcours proposé décrit une formation acquise tant auprès de la Commission des Monuments historiques, dont il fut le dessinateur attitré, qu’au sein de la Société Française d’Archéologie qui reçut ses premiers travaux sur la Gironde, la Charente ou le Périgord. Puis vient son apport majeur à l’étude, par le texte et l’image, dans un esprit d’inventaire, de l’architecture religieuse de l’époque romane et militaire de l’époque anglaise. Novatrice est sa méthode, alliant la finesse de l’observation apportée par la pratique du dessin, la rigueur du travail en archive et l’intuition de l’artiste face à un paysage ou un monument. Militant de la conservation du patrimoine, il participe enfin des combats de son temps, conscient que son œuvre d’« artiste archéologue » sera, par son ampleur et sa qualité documentaire, l’élément majeur d’une «mémoire du patrimoine» à laquelle il vouera son existence.

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.