Archives par mot-clé : archéologie funéraire

Privation de sépulture et dépôts humains non sépulcraux dans la Méditerranée antique

Date / lieu : 13 novembre 2017 / Rome, École française de Rome

Date limite d’inscription : 5 juin 2017

La majorité des dépôts de restes humains découverts en contexte archéologique correspondent à des sépultures, c’est-à-dire qu’ils manifestent un ensemble de gestes funéraires accomplis par un ou plusieurs individus avec une intention positive à l’égard du défunt. Tous les morts ne faisaient cependant pas l’objet d’un traitement funéraire dans la Méditerranée antique : si la privation de sépulture comme châtiment ultime est le cas le plus souvent évoqué de devenir non sépulcral d’un cadavre, il pouvait également arriver que les cadavres soient perdus ou inaccessibles (noyade, chute, mort au combat, etc.) et ne puissent être récupérés, interdisant l’accomplissement de gestes funéraires autour du corps (morts sans sépultures) – mais suscitant parfois la construction de cénotaphes (sépultures sans mort).

→ Source : École française de Rome.

L’archéologie funéraire en l’Italie du Sud (fin VIe – début IIIe siècle av. J.-C.)

Date / lieu : 24 et 25 mars 2017 / Paris, INHA

Suite à l’affaiblissement progressif des puissances politiques de l’époque archaïque et en amont de l’expansion romaine du IIIe siècle av. J.-C., les Ve et IVe siècles avant notre ère constituent pour l’Italie du Sud une période de mutations politiques, sociales et artistiques dont l’archéologie de la mort offre un témoignage privilégié. La rencontre est divisée en cinq ateliers complémentaires portant sur l’Histoire de l’archéologie funéraire, les Espaces funéraires, les Pratiques funéraires, l’Image en contexte funéraire, et les Nouvelles approches et méthodes concernant l’archéologie funéraire en l’Italie du Sud (archéothanatologie, études du genre, anthropologie physique et culturelle).

Télécharger le programme.

→ Source : INHA.

Crédits image : affiche de l’évènement, voir le site des organisateurs.

Appel à communication « Une monnaie pour le mort, des monnaies pour les vivants. L’obole à Charon : la fin d’un mythe ? »

Date Lieu : 23-24 novembre 2017 / Athènes, École belge d’Athènes/Institut hollandais d’Athènes

Date limite d’envoi : 30 avril 2017

Grâce au développement de nouvelles méthodes d’investigation, le domaine de l’archéologie funéraire s’est particulièrement illustré ces dernières années. La finesse des fouilles, la précision de l’archivage des données contextuelles et la multiplication des études pluridisciplinaires ont abouti à la mise en place d’une véritable «archéologie du rituel ». Loin du simple ramassage de mobilier auquel fut longtemps limitée la fouille de sépultures, la discipline prend désormais en compte deux données essentielles : l’anthropologie biologique et l’étude des phénomènes taphonomiques. Les objets déposés dans les tombes sont dès lors considérés comme des éléments constituant le dispositif au cœur duquel se place le défunt : en d’autres termes, ils sont à même de nous renseigner sur les gestes funéraires. 

→ Source : Compitum.

Actualités : appel à communication « Rencontre annuelle du GAAF 2017 : Ritualiser, Gérer, Piller : Rencontre autour des réouvertures de tombes et de la manipulation des ossements »

Date / lieu : 10-12 mai 2017 / Poitiers

Date limite d’inscription : 25 novembre 2016

Après l’inhumation, l’intégrité de la sépulture peut être perturbée de multiples manières et notamment par l’intervention des vivants. En dépit du fait que la gestion de l’espace funéraire puisse souvent être responsable de ces bouleversements, elle n’est pas la seule raison poussant les hommes à remanier les sépultures. Selon les lieux, les périodes et les espaces d’inhumation, les motivations sont très diverses, sans qu’elles soient pour autant synonymes de destruction ou d’outrage. Les professionnels de l’archéologie sont, de ce fait, régulièrement confrontés à ces remaniements dont l’interprétation est souvent fortement dépendante des conditions de fouille, des méthodes appliquées à l’étude des tombes ainsi que des connaissances apportées par d’autres types de sources (sources écrites, iconographiques, ethnographiques …).

Continuer la lecture de Actualités : appel à communication « Rencontre annuelle du GAAF 2017 : Ritualiser, Gérer, Piller : Rencontre autour des réouvertures de tombes et de la manipulation des ossements »

Du côté du doctorat : cours spécialisé intensif « Archéologie funéraire et anthropologie du terrain »

Date / lieu : 23 août au 2 septembre 2016 / Rome, École française de Rome

Date limite d’envoi : 1er juillet 2016

L’École française de Rome organise un cours spécialisé intensif d’archéologie funéraire et anthropologie de terrain qui se déroulera à Rome du 23 août au 2 septembre 2016, en partenariat avec le Laboratoire d’Anthropologie de l’Université de Bordeaux (UMR 5199 Pacea).

Le stage a pour objectif de former à l’anthropologie de terrain des chercheurs susceptibles d’enregistrer, au niveau de la fouille, puis d’interpréter les observations indispensables à une meilleure compréhension des structures et des pratiques funéraires.

Continuer la lecture de Du côté du doctorat : cours spécialisé intensif « Archéologie funéraire et anthropologie du terrain »