Archives par mot-clé : dieu

Romans jeunesse et mythologie : Déméter et Poséidon

Rachmuhl (Fr.), Déméter la généreuse. – C. Carre ill., Paris : Flammarion Jeunesse, 2016. – 123 p.  – (Castor Poche 1ers romans). – ISBN : 978.2.0813.7078.4.70.

Laffon (M.), Poséidon le terrible. – C. Carre ill. – Paris : Flammarion Jeunesse, 2017. – 119 p. – (Castor Poche 1ers romans). – ISBN : 978.2.0813.9421.6.

                      

Depuis 2016, les éditions Flammarion Jeunesse se sont dotées d’une nouvelle collection « Mythologie », à destination des enfants et centrée sur la mythologie grecque. Chaque petit roman a pour personnage principal un dieu ou un héros de la mythologie, le but étant de transmettre à l’enfant le maximum de connaissances sur la vie de ce dieu ou de ce héros. Les ouvrages Déméter la généreuse de Françoise Rachmuhl et Poséidon le terrible de Martine Laffon font partis de cette collection.

Continuer la lecture de Romans jeunesse et mythologie : Déméter et Poséidon

L’Iliade. Tome 1 : La pomme de la discorde

Bruneau (Cl.), Taranzano (P.), L’Iliade, Tome 1 : La pomme de la discorde. – Paris : Glénat, 2016. – 56 p. – (La sagesse des mythes). – ISBN : 978.2.344.00166.0.

Iliade-couverture

En créant la collection « La sagesse des mythes », l’essayiste et ancien professeur de philosophie Luc Ferry, appuyé par les éditions Glénat, avait pour objectif de vulgariser les mythes, et notamment ceux qui nous ont été transmis par les sociétés grecques et romaines. Cette nouvelle collection de bandes dessinées, qui a vu le jour en août 2016, a ainsi pour vocation de rendre accessible cette mythologie à un large public, tout en restant fidèle aux sources historiques et en respectant une certaine exigence universitaire. Détenant aujourd’hui quatre titres au catalogue[1] et deux en parution[2], cette collection a réussi son pari.

Continuer la lecture de L’Iliade. Tome 1 : La pomme de la discorde

Compte rendu « La Mythologie racontée par un témoin »

Grosset (J.-C.), La Mythologie racontée par un témoin. Tome 1 : Le Roman des Dieux Grecs. – Saint-Denis : Edilivre, 2016. – 423 p. – ISBN : 978.2.3341.8932.6.

Mythologie-couverture

Premier volume d’une série qui a pour titre La Mythologie racontée par un témoin, ce roman a pour narrateur Tirésias qui, du royaume des morts où il s’ennuie, s’adresse aux mortels pour leur raconter la vie des dieux grecs. Composé de quarante chapitres, plus ou moins longs, l’ouvrage a une progression chronologique qui suit pour une part la Théogonie d’Hésiode. Chaque chapitre a pour titre le nom d’un dieu ou le thème traité. Ainsi se met en place la genèse du monde, du chaos au règne de Zeus. Le cercle olympien n’est définitivement fermé qu’avec la venue de Dionysos et au départ de « la douce Hestia » qui lui cède sa place pour se retirer dans les demeures des mortels, « sans faire d’histoires ». Le livre est d’une lecture plaisante. Le style aisé et volontiers lyrique se laisse aller à quelques facilités de langage pour favoriser l’empathie du lecteur.

Continuer la lecture de Compte rendu « La Mythologie racontée par un témoin »

Actualités : colloque « Un dieu peut-il mourir ? Enquête sur la fin des cultes dans l’Antiquité gréco-romaine »

Date / lieu : 6-7 octobre / Besançon, UFR SLHS (Salon Préclin)

Si les introductions et apparitions de cultes nouveaux dans le monde gréco-romain sont bien renseignées et souvent étudiées, les disparitions ou abandons de cultes sont en revanche presque totalement délaissés, sauf dans les cas très particuliers de destructions violentes de cités ou autres communautés.

Pourtant, la vie religieuse antique n’a pu être qu’un phénomène dynamique d’apparition/disparition de cultes, sauf à admettre l’idée d’une accumulation permanente de cultes sur des siècles, voire des millénaires durant : est-il cependant concevable que la vie cultuelle d’un Romain ou d’un Grec ait été quantitativement beaucoup plus riche que celle de son lointain ancêtre, simplement parce que quelques siècles d’accumulation les séparaient ? À mille ans de distance, les journées continuaient à n’avoir que 24h, ce qui limitait nécessairement l’élasticité du temps religieux quotidien : l’introduction au fil du temps de nouveautés a donc impérativement correspondu en parallèle à l’effacement ou à l’abandon de cultes plus anciens.

On sait que dans l’Antiquité un culte liait une communauté et une figure religieuse (divinité ou héros), alors pourquoi et comment ces liens s’effaçaient-ils ? Avec quelles conséquences pour la communauté humaine ? Ce sont ces questions que notre rencontre cherchera à explorer.

Télécharger le programme.

Crédits image : mort de Talos, cratère du Ve siècle av. J.-C. Artiste anonyme. Museo Archeologico Nazionale Jatta.