Archives par mot-clé : épigraphie

Autour des inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS) et du corpus de Beyrouth

Date / lieu : 6 juillet / Lyon, MILC

La première rencontre « Épigraphie numérique » (EpiNum) sera consacrée au travail en cours sur le projet d’édition des inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS), à partir de l’exemple du corpus épigraphique de Beyrouth (Liban). Elle s’inscrit dans le cadre des activités de l’axe transversal du laboratoire  « Histoire et sources des mondes antiques » (HiSoMA – Éditions, archives, humanités numériques) et du premier axe stratégique de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Les données de la recherche, de l’acquisition à l’archivage).

Télécharger le programme.

→ Source : Calenda.

Les inscriptions latines d’Aquitaine

Date / lieu : 20 juin 2018 / Pessac, Université Bordeaux Montaigne

Cette cinquième réunion d’épigraphie latine d’Aquitaine s’insère dans le programme de recherche Populations d’Aquitaine à l’époque gallo-romaine : réalité sociale et originalité culturelle, approches épigraphiques, soutenu par le Conseil régional de Nouvelle Aquitaine. Le but de ce programme est de répertorier et d’étudier les populations de la province d’Aquitaine sous le Haut-Empire romain (1-300) à partir de la documentation épigraphique connue (un peu plus de 2230 numéros), seule source, avec quelques rares textes littéraires, à donner, malgré bien des lacunes, les noms des habitants de l’Aquitaine antique.

→ Source : Compitum.

Comment s’écrit l’autre ? Sources épigraphiques et papyrologiques dans le monde méditerranéen antique

Date / lieu : 26 avril 2018 / Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne, Maison de l’archéologie (salle Pierre Paris)

La première journée d’étude sur les contacts graphiques et linguistiques qui s’est tenue le 28 février 2017 à Ausonius a marqué le début d’un panorama illustré de plusieurs cas d’études pris autour de la Méditerranée antique. L’éclairage apporté par l’étude des noms issus de domaines linguistiques attestés parfois de manière fragmentaire permet de renouveler la recherche traditionnelle sur l’onomastique du monde méditerranéen et d’éclairer directement les moments de rencontre entre les populations locales et les colons et marchands (grecs, latins, phéniciens, etc.). Les cas analysés ont révélé un peu plus encore la complexité de cette problématique, dans laquelle une attention aux données matérielles reste indispensable.

→ Source : Ausonius.

Table ronde « Mobilité, ‘dislocation’ et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Date / lieu : 18 novembre 2017 / Paris, Anhima (salle Fabri de Peiresc)

Organisée par Dan Dana (CNRS) et Benoît Rossignol (Paris 1) dans le cadre du programme « Soldats, civils, barbares. Guerre et paix dans l’Empire romain » :

L’empire romain était une formation politique née de la guerre, tant par la conquête romaine que par la guerre civile qui porta Auguste au pouvoir. Les structures de cet empire sont intimement liées au domaine martial par la nécessité de défendre ses frontières, le besoin d’assurer le contrôle des populations, l’importance de la légitimité politique tirée de la victoire, mais surtout par l’organisation et la présence d’une armée professionnelle permanente.

→ Source : Anhima.