Archives par mot-clé : femme

Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique

Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique, exposition coordonnée par Sandra Boehringer, Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte Cuchet.

Sur le site MUSEA édité par l’université d’Angers, sont proposées, depuis 2004, des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre, dont le contenu est validé par un comité scientifique dirigé par Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine. L’exposition « Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique », actuellement en ligne, contribue à remettre en cause les représentations stéréotypées du masculin et du féminin en s’appuyant sur des images et des textes. Elle est coordonnée par Sandra Boehringer, Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte Cuchet. Rédigées par des spécialistes, les rubriques visent à porter à la connaissance du grand public les recherches les plus récentes. Précédé par la présentation du projet, par un lexique et une bibliographie succincte, le plan de l’exposition décline les thèmes suivants : la place des femmes dans la cité et la maison, leur accès à la culture, leur apparence, et s’achève sur le traitement de quelques figures emblématiques à savoir Sappho, les Amazones et Cléopâtre.

Continuer la lecture de Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique

Les femmes illustres de l’Antiquité grecque au miroir des modernes (XIVe-XVIe siècles)

Date / lieu : 5 juillet / Tours

Le colloque sur « Les femmes illustres de l’Antiquité grecque au miroir des Modernes (XIVe– XVIe siècles) » s’inscrit dans les travaux menés au Centre d’études supérieures de la Renaissance dans le cadre du programme de recherche Plantin sur la redécouverte du monde grec en Occident à la Renaissance. Il sera consacré à la perception et à la réinterprétation des femmes illustres de l’Antiquité grecque à la Renaissance et au rôle qu’ont joué les érudits et les imprimeurs dans cette redécouverte.

L’objet de ce colloque est de montrer en quoi la redécouverte du grec et de la littérature grecque a changé la perception que l’on pouvait avoir de ces femmes de l’Antiquité et a conduit à une réinterprétation de ces figures. Inscrit dans une perspective résolument interdisciplinaire, le colloque associera des spécialistes de littérature antique, française, italienne, histoire, histoire de l’art et philosophie. Il sera aussi l’occasion de rendre hommage à Christophe Plantin, célèbre imprimeur tourangeau de la Renaissance.

→ Source : Centre d’études supérieures de la Renaissance.

Sortir du gynécée. un nouveau regard sur la Grèce antique

Exposition virtuelle sur le site internet Musée virtuel sur l’histoire des femmes et du genre

Trop de clichés circulent sur la Grèce antique : les femmes y seraient recluses, voilées ou loin des regards, dans un gynécée ; elles n’auraient aucune fonction civique ou collective. Privées d’éducation ou de culture, elles vivraient dans l’ombre des hommes, dans une cité misogyne. Sans sous-estimer l’inégalité entre les hommes et les femmes, cette exposition a pour objectif de proposer un autre regard sur la Grèce antique (VIIe-IIe siècle av. J.-C.). En intégrant les nouveaux acquis des travaux des philologues, des épigraphistes et des archéologues, et en recourant aux outils récents de la recherche en histoire des femmes et du genre, les historien.nes de cette exposition permettront aux visiteurs de découvrir des champs d’action et des domaines où les femmes antiques agissaient, géraient, pensaient, créaient, aimaient.

Crédits image : coupe attique, vers 460-450 av. J.-C. ; Berlin, Staatliche Museen, F 2530. Dessin © Gaëlle Deschodt.

Le vécu des couples dans l’Antiquité

Date / lieu : 8-9 novembre 2018 / Lausanne

Date limite d’envoi : 22 janvier 2018

La conférence a pour thème le vécu des couples ordinaires dans l’Antiquité gréco-romaine. Les couples en question sont formés d’adultes hétérosexuels appartenant aux classes basses et moyennes ou aux élites civiques – et non aux couples dont un membre fut à la tête d’un État (i.e. les reines et rois hellénistiques, les triumvirs romains, les empereurs et les membres de la famille impériale ne seront pas pris en considération). La conférence s’intéresse aux relations de couples dans une perspective synchronique et diachronique, et cherche à examiner les différentes façons dont la réalité des couples s’exprime dans les sources littéraires, épigraphiques, papyrologiques et iconographiques du IIIe siècle avant J.-C au IVe siècle après J-C.

→ Source : Compitum.

Médée est-elle encore un monstre ?

Médée 1. L’Ombre d’Hécate, 2013 ; 2. Le Couteau dans la plaie, 2015 ; 3. L’Épouse barbare, 2016, Casterman. Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario).

Médée la scandaleuse, Médée la sorcière, la meurtrière.
Médée le monstre.

Voilà ce qu’on dit de moi.

Les gens ne veulent retenir que ce qui les arrange.

Au milieu de ces voix qui m’accablent,
il est temps que je fasse entendre la mienne ;

il est temps que je raconte mon histoire.
Pour rétablir enfin la vérité.

(4e de couverture des trois tomes parus)

Si pour Sénèque Médée représente le monstre absolu, c’est une Médée bien différente (au moins jusqu’au dernier tome paru à ce jour) que nous offre la série de Nancy Peña et de Blandine le Callet, qui débarrasse la Colchidienne de ses oripeaux merveilleux. Elle n’est pas magicienne, elle est savante, prêtresse d’Hécate, initiée dès l’adolescence à son culte, mais surtout à la connaissance des animaux, des végétaux et des minéraux. Grâce à son père, le roi Aiétès, qui pratique la dissection de corps morts pour en comprendre le fonctionnement, elle découvre l’anatomie humaine. Éprise de liberté, elle court, enfant, vêtue d’une tunique régulièrement couverte de terre, puis d’une robe sommairement remontée pour ne pas entraver ses mouvements à travers bois, lorsqu’à la puberté les normes sociales rappelées par sa nourrice l’obligent à changer d’apparence. Mais c’est de nuit et nue qu’elle court le plus souvent, à la lumière de la lune, ivre de liberté, accompagnée seulement d’un loup. Nous découvrons l’histoire de cette enfant innocente devenue une jeune fille, une amante, une épouse, mais aussi une traîtresse et une meurtrière.

Continuer la lecture de Médée est-elle encore un monstre ?