Archives par mot-clé : genre

Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique

Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique, exposition coordonnée par Sandra Boehringer, Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte Cuchet.

Sur le site MUSEA édité par l’université d’Angers, sont proposées, depuis 2004, des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre, dont le contenu est validé par un comité scientifique dirigé par Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine. L’exposition « Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique », actuellement en ligne, contribue à remettre en cause les représentations stéréotypées du masculin et du féminin en s’appuyant sur des images et des textes. Elle est coordonnée par Sandra Boehringer, Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte Cuchet. Rédigées par des spécialistes, les rubriques visent à porter à la connaissance du grand public les recherches les plus récentes. Précédé par la présentation du projet, par un lexique et une bibliographie succincte, le plan de l’exposition décline les thèmes suivants : la place des femmes dans la cité et la maison, leur accès à la culture, leur apparence, et s’achève sur le traitement de quelques figures emblématiques à savoir Sappho, les Amazones et Cléopâtre.

Continuer la lecture de Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique

Les femmes illustres de l’Antiquité grecque au miroir des modernes (XIVe-XVIe siècles)

Date / lieu : 5 juillet / Tours

Le colloque sur « Les femmes illustres de l’Antiquité grecque au miroir des Modernes (XIVe– XVIe siècles) » s’inscrit dans les travaux menés au Centre d’études supérieures de la Renaissance dans le cadre du programme de recherche Plantin sur la redécouverte du monde grec en Occident à la Renaissance. Il sera consacré à la perception et à la réinterprétation des femmes illustres de l’Antiquité grecque à la Renaissance et au rôle qu’ont joué les érudits et les imprimeurs dans cette redécouverte.

L’objet de ce colloque est de montrer en quoi la redécouverte du grec et de la littérature grecque a changé la perception que l’on pouvait avoir de ces femmes de l’Antiquité et a conduit à une réinterprétation de ces figures. Inscrit dans une perspective résolument interdisciplinaire, le colloque associera des spécialistes de littérature antique, française, italienne, histoire, histoire de l’art et philosophie. Il sera aussi l’occasion de rendre hommage à Christophe Plantin, célèbre imprimeur tourangeau de la Renaissance.

→ Source : Centre d’études supérieures de la Renaissance.

Sortir du gynécée. un nouveau regard sur la Grèce antique

Exposition virtuelle sur le site internet Musée virtuel sur l’histoire des femmes et du genre

Trop de clichés circulent sur la Grèce antique : les femmes y seraient recluses, voilées ou loin des regards, dans un gynécée ; elles n’auraient aucune fonction civique ou collective. Privées d’éducation ou de culture, elles vivraient dans l’ombre des hommes, dans une cité misogyne. Sans sous-estimer l’inégalité entre les hommes et les femmes, cette exposition a pour objectif de proposer un autre regard sur la Grèce antique (VIIe-IIe siècle av. J.-C.). En intégrant les nouveaux acquis des travaux des philologues, des épigraphistes et des archéologues, et en recourant aux outils récents de la recherche en histoire des femmes et du genre, les historien.nes de cette exposition permettront aux visiteurs de découvrir des champs d’action et des domaines où les femmes antiques agissaient, géraient, pensaient, créaient, aimaient.

Crédits image : coupe attique, vers 460-450 av. J.-C. ; Berlin, Staatliche Museen, F 2530. Dessin © Gaëlle Deschodt.

La féminité dans les arts hellénistiques : voix, genre, représentations

Date / lieu : 7-9 septembre 2017 / Lyon, ENS de Lyon

L’essor des mouvements féministes aux États-Unis, puis dans l’ensemble du monde occidental, a suscité, ces quarante dernières années, un intérêt particulier pour les questions relatives aux « voix féminines » dans les textes antiques : la poésie épique archaïque, la poésie lyrique et le théâtre classique ont été étudiés par des philologues, mais aussi des historiens et des anthropologues, à travers cette optique nouvelle. Ces travaux, notamment la synthèse de S.B. Pomeroy (1975), ont fait de la « féminité » un objet d’étude à part entière dans tous les domaines de la philologie classique : y sont comprises les questions du corps féminin, de la sexualité et de l’identité féminine, ainsi que celle de l’accès à la parole. En France, de nombreux travaux ont également été produits sur le sujet. Les plus novateurs et les plus marquants furent ceux de Nicole Loraux, qui développe dans Les enfants d’Athéna  (1981) et Les expériences de Tirésias (1989) une lecture « sexuée » de la démocratie athénienne. Assez curieusement, cependant, ces études ont pour une bonne part laissé de côté l’ensemble de la production hellénistique, alors même que l’approche de la femme et de la voix féminine connaissent à cette époque des transformations et des évolutions importantes.

→ Source : https://hellpoet.hypotheses.org/

Crédits image : affiche du colloque, voir le site des organisateurs.

Appel à communication « La féminité dans les arts hellénistiques : voix, genre, représentations »

Lieu : ENS Lyon

Date limite d’envoi : 15 février 2017

L’essor des mouvements féministes aux États-Unis, puis dans l’ensemble du monde occidental, a suscité, ces quarante dernières années, un intérêt particulier pour les questions relatives aux « voix féminines » dans les textes antiques : la poésie épique archaïque, la poésie lyrique et le théâtre classique ont été étudiés par des philologues, mais aussi des historiens et des anthropologues, à travers cette optique nouvelle.

→ Source : Compitum.