Archives par mot-clé : gladiature

2000 ans de fake-news : idées reçues et préjugés sur la gladiature

En répondant à l’invitation du Carnet de recherche de la Revue des Études Anciennes, Brice Lopez est intervenu le Mercredi 24 Octobre 2018 à propos des idées reçues et des préjugés sur la gladiature.  

De la série Spartacus : Blood and Sand à Tertulien, les fantasmes les plus fous n’ont cessé d’alimenter l’imaginaire collectif sur les combats de gladiateurs.

Il est essentiel de remonter le fil de l’histoire pour comprendre pourquoi et comment nos contemporains peuvent avoir une image aussi déplorable des ces affrontements, qui ont connu un immense succès dans l’Antiquité.

Continuer la lecture de 2000 ans de fake-news : idées reçues et préjugés sur la gladiature

Conférence – « Comme Hercule ». Des sports dangereux : chasseurs et acrobates dans l’arène à l’époque romaine

Date. Mercredi 12 décembre 2018 à 18h30

Lieu. Musée des Moulages – Montpellier

Intervenant. Hélène Ménard, maître de Conférences en histoire romaine, Université Paul-Valéry/Montpellier 3.

À partir du IIe siècle av. J.-C., l’activité ludique de la chasse se développe à Rome. La passion pour cette activité culmine aux trois premiers siècles de l’empire et sa transposition dans les spectacles de l’amphithéâtre en sont l’expression la plus aboutie. Les chasses amphithéâtrales (venationes) sont ainsi parfois plus populaires que les combats de gladiateurs, comme en Afrique.
Les chasses mettent en scène des affrontements entre animaux, entre chasseurs (venatores) et animaux de tout type, mais aussi des acrobates et des dresseurs, ou encore des condamnés à mort. Spectacles qui mettent en jeu l’adresse et le courage des hommes face au monde sauvage, les chasses demandent un entraînement et des performances physiques tout aussi remarquables que celles des gladiateurs. Elles participent de la démonstration de la virtus, du courage physique et de l’habileté du chasseur, dont le modèle est Hercule – exploité par l’empereur Commode, gladiateur certes, mais aussi chasseur.

Source. COMUE

Faire vivre l’histoire autrement. Entretien avec Brice Lopez

Brice Lopez et l’équipe d’Acta font vivre l’Antiquité par la représentation de combats de gladiateurs avec un point de vue historique, mais également pédagogique, au cours d’ateliers ou de démonstrations organisés auprès de musées, écoles et collèges, ou lors de journées antiques. Spécialisés dans l’archéologie expérimentale du sport, leur action s’étend des jeux olympiques antiques au théâtre romain, en passant par le phénomène de la gladiature et de la légion romaine. Avec Brice Lopez et ACTA, tentons de mieux cerner les gladiateurs, leur entraînement, leur vie et leurs combats pendant la Rome antique…

Continuer la lecture de Faire vivre l’histoire autrement. Entretien avec Brice Lopez

Max Bird, Idée reçue #28 : Les gladiateurs (feat. Nota Bene)

Max Bird, dans cette vidéo, veut combattre les idées reçues nombreuses sur les gladiateurs. Il utilise le ton de l’humour avec un pré-générique très intéressant dans lequel il fait un featuring avec un autre vidéaste, plus connu sous le nom de youtubeur, « historien » Nota Bene. Immédiatement, Max Bird fait le parallèle entre la plus grosse idée reçue sur les gladiateurs, le pouce en l’air, et les pouces bleus et rouges donnés sur YouTube et qui donnent eux réellement « la vie » au vidéaste. Il dénonce avec cette introduction le monde impitoyable des réseaux sociaux.

Continuer la lecture de Max Bird, Idée reçue #28 : Les gladiateurs (feat. Nota Bene)

Spartacus : entre le mythe et l’histoire

Teyssier (E.), Spartacus : entre le mythe et l’histoire. – Paris : Perrin, 2017. – 384 p. – (Tempus, ISBN  : 1633.8294 ; 681).  – ISBN : 978.2.262.06971.1.

« Spartacus ! Ce nom claque comme un coup de fouet. » Avec cette « punch line » précise, efficace et juste, en attaque de son ouvrage, Eric Teyssier donne le ton. Cet ouvrage s’inscrit donc dès son introduction dans la lignée de la foule d’œuvres de fiction sur la légende de Spartacus.

Sans rien cacher de la faiblesse des sources à notre disposition qui, dit-il : « en leur total ne doit pas dépasser une trentaine de pages », il va pourtant participer à la diffusion de la légende qu’il veut dénoncer en « inventant » le récit des quelques 340 autres pages… On peut légitimement se demander si on va apprendre des choses sur Spartacus avec ce nouvel opus, et c’est bien là la difficulté que rencontre Eric Teyssier : faire du neuf avec du vu et du revu, du lu et du relu.

Continuer la lecture de Spartacus : entre le mythe et l’histoire