Archives par mot-clé : héroïne

Médée est-elle encore un monstre ?

Médée 1. L’Ombre d’Hécate, 2013 ; 2. Le Couteau dans la plaie, 2015 ; 3. L’Épouse barbare, 2016, Casterman. Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario).

Médée la scandaleuse, Médée la sorcière, la meurtrière.
Médée le monstre.

Voilà ce qu’on dit de moi.

Les gens ne veulent retenir que ce qui les arrange.

Au milieu de ces voix qui m’accablent,
il est temps que je fasse entendre la mienne ;

il est temps que je raconte mon histoire.
Pour rétablir enfin la vérité.

(4e de couverture des trois tomes parus)

Si pour Sénèque Médée représente le monstre absolu, c’est une Médée bien différente (au moins jusqu’au dernier tome paru à ce jour) que nous offre la série de Nancy Peña et de Blandine le Callet, qui débarrasse la Colchidienne de ses oripeaux merveilleux. Elle n’est pas magicienne, elle est savante, prêtresse d’Hécate, initiée dès l’adolescence à son culte, mais surtout à la connaissance des animaux, des végétaux et des minéraux. Grâce à son père, le roi Aiétès, qui pratique la dissection de corps morts pour en comprendre le fonctionnement, elle découvre l’anatomie humaine. Éprise de liberté, elle court, enfant, vêtue d’une tunique régulièrement couverte de terre, puis d’une robe sommairement remontée pour ne pas entraver ses mouvements à travers bois, lorsqu’à la puberté les normes sociales rappelées par sa nourrice l’obligent à changer d’apparence. Mais c’est de nuit et nue qu’elle court le plus souvent, à la lumière de la lune, ivre de liberté, accompagnée seulement d’un loup. Nous découvrons l’histoire de cette enfant innocente devenue une jeune fille, une amante, une épouse, mais aussi une traîtresse et une meurtrière.

Continuer la lecture de Médée est-elle encore un monstre ?

Appel à communication colloque « Héros fondateurs et identités communautaires dans l’Antiquité, entre mythe, rites et politique »

Date / lieu : 5-6 mai 2017

Date limite d’inscription : 29 janvier 2017

Figures évanescentes, sorte de μεταξύ entre les dieux et les hommes, les héros et les héroïnes forment une catégorie hétérogène. L’historiographie a du mal à en donner une définition univoque, à l’exception de celle, générique, qui les identifie comme des hommes ou des demi-dieux ayant accompli des exploits extraordinaires, frappés par un destin hors du commun et/ou par une mort atypique, et qui pour cette raison ont bénéficié après leur mort d’un prestige singulier et d’un culte spécifique.

Continuer la lecture de Appel à communication colloque « Héros fondateurs et identités communautaires dans l’Antiquité, entre mythe, rites et politique »