Archives par mot-clé : musée Saint-Raymond

Héraclès-Hercule ou la plasticité du héros

Date. Mercredi 10 Avril 2019 de 9h00 à 17h00

Lieu. Musée Saint Raymond – Toulouse


Né de Zeus et d’Alcmène, Héraclès est le paradigme même du héros, qui souffre, accomplit des exploits et finit par dépasser sa condition mortelle à travers l’apothéose. Incarnation de la force, de la gloutonnerie, de l’appétit sexuel, Héraclès finit cependant en modèle de vertu et de sagesse, en raison de son endurance face à l’adversité. Son mythe, déjà bien connu d’Homère, qui se contente d’allusions à un récit partagé, connaît une circulation considérable dans le temps et dans l’espace. À la faveur de la colonisation grecque en Méditerranée, il se répand sur toutes les rives et légitime ainsi les entreprises territoriales des Grecs. L’infatigable marcheur de la fable grec, comme disait Georges Dumézil, est l’objet de multiples appropriations : ici, il construit une route ; là, il engendre une dynastie ; ailleurs, il fonde un rituel devenu célèbre, comme les Concours Olympiques.

La réception du personnage d’Héraclès, métaphore d’une condition humaine pénible et grandiose à la fois, est immense et traverse les siècles. Elle touche la littérature, l’art, le cinéma, ainsi que plus récemment, des formes de culture dite « populaire » (BD, jeux vidéo, publicité, mangas..) qui réinventent sans cesse le personnage tout en s’inspirant de l’héritage grec et romain. C’est donc à la plasticité du héros que sera consacrée la Journée d’étude, afin de montrer comment l’Héraclès gréco-romain s’adapte à des contextes et à des medias nouveaux, comment les contours de son personnage, de ses aventures, de son destin sont redessinés à la faveur d’impulsions issues du temps présent.

Programme. MSR

« Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop » : une Antiquité super-héroïque.

Rangez vos fastidieux cahiers d’histoire, vos souvenirs de sixième et vos émissions pompeuses : l’Antiquité est déjà autour de vous et elle se raconte d’elle-même. Ne venez pas au musée en pensant y voir de vieilles choses depuis longtemps disparues et périmées : vous vous retrouverez au contraire confrontés à votre propre présent. On dit souvent que les musées ne doivent pas être des lieux figés et isolés du temps présent. L’exposition diligentée par Mathieu Scapin et Tiphaine Annabelle Besnard, commissaires scientifiques, en est sans doute la meilleure illustration et prouve, pour reprendre la formule de Pascal Payen, que « l’Antiquité n’est pas un dépôt inerte»1.

La scénographie ouverte de Guillaume Lamarque permet au visiteur de découvrir progressivement les objets exposés sans le contraindre. Les plus attentifs trouveront d’ailleurs quelques surprises à découvrir au fur et à mesure de leur progression dans la salle, à l’instar des jeux vidéo conçu avec un monde libre. L’exposition tripartite invite au voyage, temporel et géographique, sans cloisonnement excessif. Chaque zone offre à l’œil de fascinantes pièces d’art contemporain mises en pendant avec objets et créations de la culture pop (jeux vidéo, comics, manga, bandes dessinées) mais aussi données archéologiques. Les plus petits (et les plus grands aussi) pourront également participer à une enquête à l’intérieur de l’exposition en incarnant un archéologue du futur amené à s’interroger sur l’utilisation et la signification des objets qu’il découvre sans autre information.

Continuer la lecture de « Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop » : une Antiquité super-héroïque.