Archives par mot-clé : réception de l’Antiquité

MANN@HERO – Gli eroi del mito dall’ antichità alle guerre stellari

Date / lieu : du 4 mai au 31 juillet 2018 / Naples, Museo Archeologico Nazionale di Napoli (MANN)

MANN@HERO – Gli eroi del mito dall’ antichità alle guerre stellari
L’exposition parcourt les pièces du rez-de-chaussée, qui abritent la partie consacrée aux découvertes archéologiques.  Les pièces du sous-sol qui relient la section épigraphique à la sortie du métro (rouvert pour l’occasion) toutes réservées à la section Exibit. L‘atrium où l’Atlante Farnèse sera exceptionnellement exposé, les collections permanentes du MANN (rez-de-chaussée et mezzanine) et les jardins abriteront des maquettes de navettes spatiales. « Qui est Dark Vador, star de Star Wars, sinon un nouvel Héraclès ? Qui est Luke Skywalker, sinon un Ulysse d’aujourd’hui ? » remarque l’archéologue Mario Grimaldi, directeur scientifique. Si d’une part donc l’histoire que l’exposition veut raconter se concentre sur la structure de base des héros, d’autre part est projeté le parallèle entre deux réalités qui semblent si lointaines. Et cela en analysant, avec rigueur scientifique et en détail, quelques thèmes sur les héros classiques et ceux de Star Wars : la mémoire, le voyage, la justice, la famille, les larmes et la gloire des vaincus seront les jonctions fondamentales qui lieront avec emphase les protagonistes grecs et ceux de la saga de George Lucas, en plongeant le visiteur dans une atmosphère inédite.

→ Source : https://www.mannhero.com/

Du bon usage des manuels scolaires pour étudier la réception de l’Antiquité

Le carnet de recherche de la Revue des Études Anciennes a invité Aurélie Rodes, docteure en histoire, professeure au collège Michelet à Toulouse et formatrice, pour une conférence lundi 26 février 2018 à 18h (salle Jean Borde de la Maison des Sciences de l’Homme (MSHA).

Pour étudier la façon dont l’histoire romaine a été enseignée au collège, en France, entre 1880 et nos jours, les manuels scolaires sont des sources relativement faciles d’accès. L’inventaire de l’iconographie utilisée, des documents antiques et pédagogiques choisis par les auteurs de manuels, leurs partis-pris exprimés dans les textes et les préfaces sont des témoins de la réception de l’histoire romaine pendant plus d’un siècle. Mais les leçons d’histoire romaine, telles qu’elles ont été prescrites dans les programmes officiels et traduites dans les manuels scolaires, ne donnent qu’une vision partielle de ce qui a réellement été enseigné. Les cahiers d’élèves, plus rarement utilisés par les chercheurs, sont également utiles pour envisager comment la guerre des Gaules, en particulier, a été présentée aux élèves de l’enseignement secondaire.

Les leçons d’histoire ancienne doivent être observées au regard de l’histoire politique de la France d’une part et des liens avec la recherche universitaire d’autre part, notamment à travers le rôle qu’ont pu jouer quelques antiquisants comme Victor Duruy, Jules Toutain, Jérôme Carcopino ou encore Joël Le Gall.

Du bon usage des manuels scolaires pour étudier la réception de l’Antiquité

Le carnet de recherche de la Revue des Études Anciennes invite Aurélie Rodes, docteure en histoire, professeure au collège Michelet à Toulouse et formatrice, pour une conférence lundi 26 février 2018 à 18h (salle Jean Borde de la Maison des Sciences de l’Homme (MSHA).

Pour étudier la façon dont l’histoire romaine a été enseignée au collège, en France, entre 1880 et nos jours, les manuels scolaires sont des sources relativement faciles d’accès. L’inventaire de l’iconographie utilisée, des documents antiques et pédagogiques choisis par les auteurs de manuels, leurs partis-pris exprimés dans les textes et les préfaces sont des témoins de la réception de l’histoire romaine pendant plus d’un siècle. Mais les leçons d’histoire romaine, telles qu’elles ont été prescrites dans les programmes officiels et traduites dans les manuels scolaires, ne donnent qu’une vision partielle de ce qui a réellement été enseigné. Les cahiers d’élèves, plus rarement utilisés par les chercheurs, sont également utiles pour envisager comment la guerre des Gaules, en particulier, a été présentée aux élèves de l’enseignement secondaire.

Les leçons d’histoire ancienne doivent être observées au regard de l’histoire politique de la France d’une part et des liens avec la recherche universitaire d’autre part, notamment à travers le rôle qu’ont pu jouer quelques antiquisants comme Victor Duruy, Jules Toutain, Jérôme Carcopino ou encore Joël Le Gall.

Le Maghreb antique : enjeux identitaires et patrimoniaux contemporains

Date / lieu : 16-17 novembre 2017 / Toulouse, Université Jean Jaurès

Que faire de l’Antiquité du Maghreb ? Comment l’a-t-on perçue au fil du temps et quelle place peut-elle avoir dans les (re)constructions identitaires à l’œuvre aujourd’hui ?

La réception de l’Antiquité maghrébine commence dès l’Antiquité-même, avec les perceptions que pouvaient avoir de leur propre passé régional des Africains comme Apulée ou saint Augustin, dont l’identité et la culture étaient largement l’effet de la conquête romaine. A partir du Moyen-Age, ce passé antique du Maghreb s’estompe sur place, jusqu’à s’effacer chez les intellectuels arabo-musulmans. Inversement, au nord de la Méditerranée, la tradition religieuse et celle de la Renaissance maintiennent une mémoire suffisamment vive des guerres puniques, du combat contre Jugurtha ou de l’Afrique chrétienne pour conditionner le regard que les premiers acteurs de la conquête coloniale porteront sur les lieux et les hommes du Maghreb.

→ Source : Université Jean Jaurès.

Crédits image : affiche de l’évènement, voir le site des organisateurs.

Appel à poster « Le Maghreb antique : enjeux identitaires et patrimoniaux contemporains »

Date / lieu : 3-4 novembre 2017 / Toulouse, Université Jean Jaurès

Date limite d’envoi : 10 juillet 2017

Dans le cadre du colloque international Le Maghreb antique : enjeux identitaires et patrimoniaux contemporains, les organisateurs souhaitent préparer des ouvertures plus largement méditerranéennes en proposant une session poster consacrée au Proche-Orient. L’étude du riche patrimoine antique de cette région dans son rapport aux constructions identitaires nationales et arabo-musulmanes contemporaines promet des comparaisons particulièrement intéressantes avec le domaine maghrébin.

→ Source : Calenda.