Archives par mot-clé : roman historique

Compte rendu « La Mythologie racontée par un témoin ? Tome 1 : Le Roman des dieux grecs »

Grosset (J.-C.), La Mythologie racontée par un témoin. Tome 1 : Le Roman des Dieux Grecs. – Saint-Denis : Edilivre, 2016. – 423 p. – ISBN : 978.2.3341.8932.6.

mythologie-temoin-couv-1

Premier volume d’une série qui a pour titre La Mythologie racontée par un témoin, ce roman a pour narrateur Tirésias qui, du royaume des morts où il s’ennuie, s’adresse aux mortels pour leur raconter la vie des dieux grecs. Composé de quarante chapitres, plus ou moins longs, l’ouvrage a une progression chronologique qui suit pour une part la Théogonie d’Hésiode. Chaque chapitre a pour titre le nom d’un dieu ou le thème traité. Ainsi se met en place la genèse du monde, du chaos au règne de Zeus. Le cercle olympien n’est définitivement fermé qu’avec la venue de Dionysos et au départ de « la douce Hestia » qui lui cède sa place pour se retirer dans les demeures des mortels, « sans faire d’histoires ». Le livre est d’une lecture plaisante. Le style aisé et volontiers lyrique se laisse aller à quelques facilités de langage pour favoriser l’empathie du lecteur.

Continuer la lecture de Compte rendu « La Mythologie racontée par un témoin ? Tome 1 : Le Roman des dieux grecs »

Compte rendu « Cavalcades romaines »

Levraud (M.), Cavalcades romaines. – Paris : Julliard, 2015. – 166 p. – ISBN : 978.2.260.02404.1.

Cavalcades -1

Tout commence en Illyrie (l’actuelle Albanie) vers le milieu du Ier siècle av. J.-C. lorsque l’esclave Uti le Dace, vilicus (régisseur) d’un grand domaine rural tout confort, fait l’acquisition au marché, pour le compte de son maître le vétéran C. Clocius Calcolus, d’un lot d’esclaves venus des quatre coins de l’empire romain : pour cinquante as, deux Gauloises intrépides, un Grec savant et dépressif, qui refuse de lâcher sa tablette à écrire, un timide savetier Gaulois (ou du moins le croit-on au départ) et un Germain peu loquace. C’est cette petite troupe disparate, parlant le latin (l’auteur écrit, sans doute à dessein, « le romain ») avec des accents variés, qu’Uti s’échine à transformer en travailleurs agricoles employés à la culture de l’orge, offrant au passage au lecteur une vision relativement inédite de la villa schiavistica !

Continuer la lecture de Compte rendu « Cavalcades romaines »

Compte rendu « Usurpateurs. Tome 1 »

Leconte (M.), Usurpateurs. Tome 1 : Vindicte en Hispania Tarraconensis. – Paris : RROYZZ Éditions, 2016. – 305 p. – ISBN : 978.2.36372.060.3. usurpateurs-couv

Premier volet d’une série dont le nombre de tomes n’est pas annoncé, Usurpateurs apparaît également comme le premier ouvrage d’un nouvel auteur. Ce livre est publié et imprimé chez Rroyz éditions, « un petit éditeur situé à Yutz, en Moselle, et intégré au sein de l’imprimerie Repro2000 depuis juin 2013 », qui compte à ce jour une quarantaine d’ouvrages à son catalogue, principalement axés sur la littérature de genre. La belle couverture aux couleurs pastel, réalisée par Jérémie Guneau, convie d’emblée le jeune (?) lecteur à embarquer avec les trois héros de l’histoire : le légionnaire Gallus, le médecin Pelagus et le jeune adorateur de Mithra, Nicias. L’étonnant trio est chargé par le sénateur Fabricus, protecteur du jeune empereur de Rome (Cassius Maximus), d’enquêter discrètement sur un mystérieux trafic de poudre explosive, normalement destinée aux arsenaux militaires. Leurs pérégrinations nous feront voyager entre Rome, Ostie et l’Espagne.

Continuer la lecture de Compte rendu « Usurpateurs. Tome 1 »

Valorisation : fictions antiques « Dictator » de Robert Harris

Harris (R.), Dictator. – Paris : Plon, 2016, version anglaise originelle, octobre 2015. – 464 p. – ISBN : 978.2.259.20388.3.

004154627

Que faut-il craindre d’un auteur de best-sellers quand il place son intrigue dans la Rome antique ? Le pire, souvent… ou le meilleur, parfois ; plutôt le second cas, quand il s’agit de Robert Harris. Cet auteur entretient avec l’histoire un rapport passionnel et original. Il s’est d’abord rendu célèbre par une « uchronie » policière, Fatherland, qu’il situa dans une Allemagne où le troisième Reich aurait gagné la guerre ; ce livre est rapidement devenu un des classiques du genre. Dans un autre type de fiction, Robert Harris a plus tard défrayé la chronique avec The Ghost, thriller d’actualité derrière lequel transparaissait une critique sans concession de l’entourage de Tony Blair et de ses manipulations. Cet ouvrage a donné naissance au film de Roman Polanski, The Ghostwriter. Nous sommes ici loin de Rome, mais l’Antiquité latine a été aussi un des filons de son inspiration avec un premier roman en 2003, Pompéi. Ce livre prenait pour héros un jeune technicien des aqueducs, venu enquêter sur les anomalies de la distribution de l’eau, qui découvrait les malversations des puissants propriétaires de la cité campanienne dansant, au sens strict du terme, sur un volcan. Les amateurs ont reconnu la transposition adroite, dans une Antiquité assez fidèlement reconstituée, du scénario de Chinatown de Roman Polanski, inspiration revendiquée par l’écrivain.

Continuer la lecture de Valorisation : fictions antiques « Dictator » de Robert Harris

Valorisation : fictions antiques « Les yeux coupables » de Marie Goudot

Goudot (M.), Les yeux coupables. – Paris : Espaces & Signes, 2016. – 125 p. – ISBN : 979.1.0941.7616.0.

Yeux coupables Couv-1

« Je n’ai rien fait de mal ; seuls mes yeux ont vu quelque chose qu’ils ne devaient pas voir », ressasse en substance au fil des vers qu’il écrit dans ces contrées lointaines, P. Ovidius Naso, puni par Auguste d’une relégation sur les bords inhospitaliers du Pont Euxin. D’où le titre de Marie Goudot : Les Yeux coupables.

« Encore un roman sur Ovide! » s’exclamera peut-être le lecteur. Il est vrai qu’à ne pas dire précisément les raisons de son châtiment, le poète a fait couler beaucoup d’encre depuis plus de deux mille ans tant chez les chercheurs que chez les romanciers. Mais ce livre-ci est particulier pour le fond comme pour la forme. Le point de départ est ténu : Ovide envoya un bref poème (Pontiques, 4, 11) à un de ses amis, un certain Gallio, qui venait de perdre sa femme. Ce monsieur n’est nommé qu’à cet endroit par l’écrivain qui ne dit rien d’autre de lui et ne fournit que son cognomen. Beaucoup de savants ont émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Iunius Gallio, né vraisemblablement en 33 avant notre ère (Ovide était né en 43 av. J.-C.), auteur d’un traité de rhétorique, homme dont parle souvent Sénèque le père, et qui adopta le frère aîné de Sénèque le philosophe, L. Annaeus Novatus (consul probablement vers 58 ap. J.-C.), qui, du coup, reçut lui aussi le surnom Gallio.

Continuer la lecture de Valorisation : fictions antiques « Les yeux coupables » de Marie Goudot