Archives par mot-clé : Rome

Histoire des odeurs et des parfums

Émissions de radio de France Culture « La Fabrique de l’histoire », animée par Emmanuel Laurentin et diffusées du 16 au 19 avril 2018 (9h/10h).

Lundi 16 avril : Histoire des odeurs et des parfums 1/4. Les odeurs dans le monde antique et en Occident

En première partie nous parlons des odeurs dans le monde antique, la revue Pallas consacre un dossier dans son dernier numéro aux goûts et odeurs dans l’Antiquité. Nous serons en compagnie de celui qui a coordonné ce dossier, Jean-Christophe Courtil. En deuxième partie, sera évoqué l’odorat et de sa signification en Occident, avec la chercheuse Brigitte Munier qui a écrit un livre ce sujet.

Pour écouter l’émission.

Jeudi 19 avril : Histoire des odeurs et des parfums 4/4. Parfums et religion

Quels sont les liens entre les odeurs, les parfums et les religions? C’est la question que se posent les invités de cette émission pour terminer cette semaine dédiée à l’histoire des odeurs et des parfums.

L’odeur est ce qu’il y a de plus fugace pour l’historien ou l’archéologue. Pourtant il est possible, en croisant une documentation variée et abondante, d’approcher les univers sensibles de l’Antiquité ou du Moyen Âge. En particulier dans le rapports que ces cultures entretenaient au sacré. Les fleurs coupées, le sang du sacrifice animal, la viande grillée sont mentionnés dans les temples de la Grèce antique, tout comme l’huile sainte du baptême chrétien ou les encens du Proche-Orient.

Pour écouter l’émission.

La Normandie antique et les marges nord-ouest de l’Empire Romain

Date / lieu : 24-26 octobre 2018 / Caen, Université de Caen Normandie

Ce colloque clôt d’un programme collectif de recherche de sept ans (2011-2018) sur la présence romaine en Normandie occidentale (formes du peuplement, réseaux d’échange, modes de vie, dynamisme culturel), sujet qui n’avait jamais fait l’objet d’une synthèse.

Nos résultats permettent de comparer notre territoire aux régions voisines de la façade atlantique de l’Empire (N-O de la France, Belgique, Grande-Bretagne, Irlande), pour présenter un tableau des caractéristiques de l’adaptation des sociétés à la présence romaine (fin du Ier s. av. J.-C./VIe s. ap. J.-C.), sur ces espaces culturellement éloignés du monde latin.

Les communications seront organisées en 4 sessions, reflets les thématiques principales des ateliers de travail de notre PCR, organisation des territoires, dynamiques de peuplement – réseaux, forme et diversité des sites agglomérés : habitat groupé, hameaux, petites agglomérations, sanctuaires, économie, matières premières, productions, chronologie et diffusion, évolution des réseaux de peuplement à la fin de l’Antiquité

Session 1 : organisation des territoires, dynamiques de peuplement – réseaux
Session 2 : Forme et diversité des sites agglomérés : habitat groupé, hameaux, petites agglomérations, sanctuaires
Session 3 : Économie, matières premières, productions, chronologie et diffusion
Session 4 : L’évolution des réseaux de peuplement à la fin de l’Antiquité
Inscription :

  • L’inscription au colloque est gratuite, tant pour les communicants que pour les auditeurs.
  • Nous retiendrons 22 communications et jusqu’à 20 posters.
  • Durée des communications : 20 mn + 5 mn de questions
  • Une session de présentation des posters est prévue : 5 mn de présentation par poster, puis échanges dans le hall d’affichage.

Pour proposer une communication : https://arbano.sciencesconf.org/user/submit

Crédits image : élément du castrum qui protégeait la ville d’Évreux. Musée d’Évreux.

 

La citoyenneté romaine en Asie Mineure au IIe siècle après J.-C.

Date / lieu : 12-13 avril 2018 / Paris, Université Paris Est 5

Comment le rythme de diffusion de la citoyenneté romaine évolue-t-il en Asie Mineure au IIe siècle ? Comment expliquer que de grands notables ayant eu des contacts directs avec les autorités romaines, tels qu’Opramoas de Rhodiapolis au milieu du IIe siècle, ne soient pas attestés comme citoyens romains ? Quelles peuvent avoir été les conséquences juridiques, matrimoniales, fiscales de la coexistence durable, parmi les dirigeants des cités grecques, de citoyens romains et de pérégrins ? Quels ont été les effets de l’introduction du droit romain sur les équilibres sociaux des cités, par exemple sur la pratique de l’affranchissement et sur les relations familiales ?

→ Source : Calenda.

La mémoire des défaites de la République romaine : état de la recherche et nouvelles perspectives

Date / lieu : 6 avril / Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Après avoir analysé, au cours d’une précédente journée (avril 2017), l’apport des « resilience studies » à l’étude des catastrophes romaines, cette nouvelle rencontre a pour objectif d’approfondir la réflexion collective sur les désastres en explorant plus précisément la mémoire des défaites romaines survenues au cours de l’époque républicaine. En analysant comment les Romains de la fin de la République et de l’Empire se sont réapproprié ces événements traumatisants, les contributeurs interrogent la capacité des Anciens à intégrer ou non l’échec militaire à l’histoire de Rome, à travestir la mémoire de ces désastres ou, au contraire, à en exploiter le souvenir pour créer une identité commune.

→ Source : Compitum.

Le masque à Rome et dans l’Empire gréco-romain

Date / lieu : 26, 27 et 28 mars 2018 / Paris, Théâtre du Soleil le 26 mars 2018 et MSH Paris Nord les 27 et 28 mars 2018

« Le théâtre romain, écrit Florence Dupont, est le continent noir de notre mémoire culturelle » (L’Orateur sans visage, essai sur l’acteur romain et son masque, PUF, 2000). Est-ce parce qu’il était avant tout un théâtre du jeu ? Et que savons-nous exactement de celui-ci ? Et des masques en particulier ? On parle toujours des atellanes, des pantomimes, sans avoir suffisamment questionné l’objet masque lui-même, utilisé dans ces formes de jeu. Car la typologie des masques induit fortement la dramaturgie. Il est grand temps de réévaluer cette période de notre histoire des arts du spectacle et de le faire à partir de cet outil essentiel du jeu de l’acteur qui modifie la perception et induit un type de représentation et un rapport du spectateur à la scène. Le masque vient en effet contrer la mimesis et affirmer la convention du théâtre comme double du réel, ou comme substitut au réel, en renforçant la prépondérance du ludique.

Télécharger le programme.

→ Source : www.mshparisnord.fr