Archives par mot-clé : Spartacus

Spartacus : entre le mythe et l’histoire

Teyssier (E.), Spartacus : entre le mythe et l’histoire. – Paris : Perrin, 2017. – 384 p. – (Tempus, ISBN  : 1633.8294 ; 681).  – ISBN : 978.2.262.06971.1.

« Spartacus ! Ce nom claque comme un coup de fouet. » Avec cette « punch line » précise, efficace et juste, en attaque de son ouvrage, Eric Teyssier donne le ton. Cet ouvrage s’inscrit donc dès son introduction dans la lignée de la foule d’œuvres de fiction sur la légende de Spartacus.

Sans rien cacher de la faiblesse des sources à notre disposition qui, dit-il : « en leur total ne doit pas dépasser une trentaine de pages », il va pourtant participer à la diffusion de la légende qu’il veut dénoncer en « inventant » le récit des quelques 340 autres pages… On peut légitimement se demander si on va apprendre des choses sur Spartacus avec ce nouvel opus, et c’est bien là la difficulté que rencontre Eric Teyssier : faire du neuf avec du vu et du revu, du lu et du relu.

Continuer la lecture de Spartacus : entre le mythe et l’histoire

Jour J. Tome 23 : La République des esclaves

Duval (F.), Pécau (J.-P.), Fafner, Jour J. Tome 23 : La République des esclaves. – Paris : Delcourt, 2016. – 56 p. – (Neopolis). – ISBN : 978.2.7560.6355.3.

Que se serait-il passé si les pirates ciliciens n’avaient pas trahi Spartacus et lui avaient permis de quitter l’Italie et de passer en Sicile avec son armée ? Voilà le postulat excitant de cet album, le 23e tome de la collection « Jour J », qui décline sous forme d’une série de one-shots le principe de fictions fondées sur une histoire alternative, au croisement d’une tradition romanesque ancienne et – on le sait peut-être moins – de tendances plus récentes de la recherche scientifique[1].

Continuer la lecture de Jour J. Tome 23 : La République des esclaves

Spartaco

Date / lieu : du 31 mars au 17 septembre 2017 / Rome, Musée de l’Ara Pacis

Le plus grand système esclavagiste qui ait jamais été pensé. Une économie entière basée sur l’exploitation d’une « marchandise » chère, rentable et périssable : l’être humain. La société, l’économie et l’organisation de la Rome antique n’auraient pas pu atteindre un tel niveau sans l’exploitation aménagée des capacités et de la main-d’oeuvre de millions d’individus privés de liberté, de droits et de propriétés. Esclaves dont le nombre a été estimé récemment entre 6 et 10 millions de personnes sur une population de 50/60 millions d’individus.

→ Source : Musée de l’Ara Pacis.

 Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.