Archives par mot-clé : Ulysse

Argos. Le compagnon d’Ulysse

Wlodarczyk (I.), Beniero (A.), Argos. Le compagnon d’Ulysse. – Lyon : Éditions amaterra, 2018. – (L’autre histoire). – ISBN : 978.23.68561.24.9.

Du chien d’Ulysse, Argos, on connaît la fidélité et la mort qui marque le retour de son maître. L’ouvrage jeunesse Argos, le compagnon d’Ulysse, fait de ce personnage secondaire mais attachant un héros à hauteur d’enfant. Comme Fénelon avec Télémaque, Isabelle Wlodarczyk et Alice Beniero imaginent la façon dont Argos a vécu le départ de son maître et ce qu’il a fait pendant les vingt ans qu’a duré son absence. On voit ainsi Ulysse partir à la guerre, Argos prendre soin de Télémaque, s’inquiéter au départ de ce dernier, Pénélope résister aux prétendants, jusqu’au retour de son époux. Point de leçon de morale ou de roman d’apprentissage cette fois, il est simplement question de découvrir l’histoire d’Ulysse d’un autre point de vue.

Continuer la lecture de Argos. Le compagnon d’Ulysse

Atelier « Les dieux d’Homère III – EURYOPA » : Embrasser du regard les épithètes divines et leur circulation

Date / lieu : 10-11 septembre 2018 / Banyuls-sur-Mer, Observatoire océanologique

Dans le cadre du projet ERC « Mapping Ancient Polytheisms. Cult Epithets as an Interface between Religious Systems and Human Agency » (Advanced Grand 741182), le troisième Atelier homérique1 portera sur l’usage, la portée, le rôle des épithètes homériques qualifiant les divinités dans l’Iliade et dans l’Odyssée, ainsi que dans la poésie hésiodique et dans les Hymnes pseudo-homériques, en englobant la dimension de leur circulation et réception tout au long de l’Antiquité grecque et romaine. Dans l’esprit du projet MAP, on partira du principe que les épithètes divines constituent un langage et peuvent faire système au sein de la poésie épique et au-delà, tout en répondant conjointement à des exigences ponctuelles (métrique, dimension orale et formulaire, tradition, etc.). L’objectif global de la réunion est de faire ressortir : la complexité et polysémie de cet outil ; la multiplicité des enjeux qui y sont liés ; sa fécondité dans la longue durée. Ce sera aussi l’occasion d’interroger les contours mêmes de la notion traditionnelle d’« épithètes » qui renvoie à des « qualifications » prenant diverses formes grammaticales (adjectifs, appositions, phrases nominales ou verbales…).

Télécharger l’argumentaire complet.

Télécharger le programme.

→ Source : Anhima.

Pierre Judet de la Combe dans « Les chemins de la philosophie »

Émission de radio de France Culture « Les chemins de la philosophie », animée par Adèle Van Reeth et diffusée le 18 juin 2018.

Tous des héros ? (1/4) : « Héros qui comme Ulysse… »

Et si le héros grec n’était pas celui que l’on croyait ?

Être un héros en Grèce, ce n’est pas donner sa vie à une cause, c’est remplir sa vie d’actes inoubliables » explique Pierre Judet de la Combe. Patrocle avait-il raison de courir après la mort ? La colère d’Achille était-elle vraiment glorieuse ? Peut-on être, comme Médée et Clytemnestre, à la fois héroïne et meurtrière ?

Et retrouvez la conférence de Pierre Judet de la Combe sur notre chaîne YouTube : « Qu’est-ce que lire un texte ancien ? L’exemple de la tragédie »

Et le podcast de l’échange entre Christophe Pébarthe et Pierre Judet de la Combe à propos de son ouvrage « Homère » chez Mollat…

→ Source : France Culture.

Ulysse, son identité à travers les femmes

Papavassilopoulou (E.), Ulysse, son identité à travers les femmes. – Paris : Éditions du Panthéon, 2018. – 74 p. – (Essai). ISBN : 978.2.7547.3964.1.

Le petit essai de Mme Papavassilopoulou relève-t-il de la philologie ? Il semble bien que la réponse soit carrément négative. L’auteure se présente comme psychiatre des hôpitaux et psychanalyste ; elle se réfère à Freud, à Lacan, et à des philosophes, Aristote et Platon, mais aussi Heidegger. Quel est son propos ? « Ulysse se réalise par les femmes et pour les femmes dans sa légende du voyageur. Hélène, Pénélope, Nausicaa, Calypso, Circé forment son identité. (…) Le désir d’Ithaque n’est que l’alibi, c’est le voyage qui donne du sens à son existence. » (p. 11). Ces idées ne sont pas vraiment nouvelles, ni révolutionnaires. L’importance des personnages féminins dans l’Odyssée est si remarquable qu’elle a suscité une théorie fameuse : l’auteur(e) – ou autrice ? – de l’Odyssée serait une femme, peut-être Nausikaa[1] !

Continuer la lecture de Ulysse, son identité à travers les femmes

Le roman d’Ulysse

Bertière (S.), Le roman d’Ulysse. – Paris : Éditions de Fallois, 2017. – 253 p. – ISBN : 978.2.8770.6986.1.

Pietro Pucci écrivait : « Des lecteurs de l’Odyssée, on attend qu’ils possèdent les mêmes capacités intellectuelles que le Poète et son héros ; autrement, ils liront ce texte d’une complexité et d’une subtilité stupéfiantes comme de simples contes pour de grands enfants[1]. » L’attente de Pucci était sans doute un peu trop haute. Pourtant, Ulysse et l’Odyssée sont à la mode. Deux mille sept cents ans environ après la création, c’est un record. Les Anciens cependant préféraient l’Iliade. Simone Bertière résume le sentiment de nos contemporains : « J’admire l’Iliade, j’aime l’Odyssée » (p. 243). Son ouvrage ne relève pas de la recherche universitaire : c’est une sorte de déclaration d’amour malicieuse à la culture grecque, et surtout au personnage d’Ulysse. C’est pourquoi la tâche du recenseur sort des usages académiques : il devra surveiller le philologue grognon qui est en lui et ne dort que d’un œil, sursautant quand il lit dans une note que le nom de la reine Arētē signifie « vertu » (aretē) : il signifie en réalité « souhaitée dans les prières, priée ».

Continuer la lecture de Le roman d’Ulysse